Festival Les Déferlantes Sud de France Juillet 2016 Argelès-sur-Mer

Quid des festivals d’été, BTP, rentrée scolaire 2020-21, et des chocolats pour les soignants – Débriefe moi la semaine

LECTURE

En cette période de crise sanitaire, l’impact économique du Coronavirus est impossible à évaluer pour les Pyrénées-Orientales. Electrobeach, possiblement Voix de Femmes, les premières annulations des festivals d’été du département sont officialisées. Selon une enquête de la Banque de France, le PIB chute de 6 points au premier trimestre 2020 ; quand, dans le même temps, un accord départemental est trouvé pour la continuité de l’activité dans le bâtiment.

Et parce qu’il faut panser le présent et penser l’avenir, les Chocolatiers du département ont offert un moment de douceur aux soignants ; et la rentrée scolaire 2020-21 se prépare…

Nos autres articles de la semaine :

Et nos deux articles en continu :

♦ Quid des festivals d’été dans les Pyrénées-Orientales ?

Alors que l’Electrobeach au Barcarès et sûrement Voix de Femmes à Maury annulent leur édition 2020, Live au Campo ou Les Déferlantes continuent de travailler.

Le 6 avril, le Ministère a ouvert une cellule d’accompagnement pour les festivals 2020 ; un dispositif avec lequel le Ministre de la culture Franck Riester entend “apporter un accompagnement au cas par cas aux organisateurs”. Pour le Ministère, il fallait aider les festivals qui souhaitaient d’ores et déjà annuler leur édition 2020 ; mais aussi soutenir ceux dont le confinement n’entraîne pas encore de retard sur la préparation. Une décision qui pourrait être contrainte par un rallongement du délai de confinement ou par l’instauration de nouvelles mesures sanitaires.

Pour le moment, l’organisation du Live au Campo ou Des Déferlantes travaillent pour l’édition 2020. “Dans l’attente de contre-ordre, tout se déroule comme d’habitude”, nous confie notre source.

À l’heure ou nous écrivons, nous n’avons pas d’informations officielles sur les festivals suivants : Ida Y Vuelta (Perpignan), Pellicula (Argelès-sur-Mer), La Fête du TC (Argelès-sur-Mer), Fest In Pia, Les Laroquéennes, le Festival Pablo Casals ou le 20/20.

♦ Un accord départemental trouvé pour la continuité de l’activité dans le bâtiment

Depuis le début de confinement, le secteur du bâtiment fluctue entre injonction du gouvernement et obligations sanitaires ; entre une “activité essentielle à la vie économique du pays et à son fonctionnement” et la mise en place des gestes barrière pour ses salariés.

Car l’employeur est dans l’obligation de fournir à ses employés un environnement sanitaire sécurisé. Le Préfet rappelle que “les mesures prises contre la propagation du virus Covid-19 ont conduit à un important ralentissement ; voire à l’arrêt de l’activité de nombreuses entreprises du BTP”.

Le gouvernement a mené une concertation avec les organisations représentatives du secteur : la FNTP, la FFB et la CAPEB en lien avec l’OPPBTP. Un protocole a été élaboré ; apportant aux professionnels intervenant sur les chantiers la garantie d’un niveau de protection sanitaire adapté .

“Ces dispositions, validées par les ministères du travail et de la santé, visent à faire connaître aux entreprises, à leurs salariés mais aussi aux particuliers, les règles à respecter. Elles doivent permettre à toute la filière de mettre en œuvre de manière concertée des procédures d’intervention dans des conditions sécurisées”.

Avec les acteurs de la filière, les services de l’État vont dresser un état des chantiers qui se poursuivent ; mais aussi de ceux qui pourront être redémarrés dans ce secteur essentiel. Dans la foulée, un point sera fait “sur les obstacles à la reprise de certains chantiers et sur les solutions pouvant être mises en œuvre pour garantir leur bon déroulement et le plein respect des conditions de sécurité”.

♦ Selon une enquête de la Banque de France, le PIB chute de 6 points au premier trimestre 2020 

“L’enquête mensuelle de conjoncture montre une chute brutale de l’activité dans la plupart des secteurs au mois de mars”. En moyenne la première quinzaine de confinement a fait chuter l’économie française de 32%.

Au-delà des différences significatives d’un secteur à l’autre, le mouvement de baisse est général. L’activité se replie dans tous les secteurs, le plus souvent de manière brutale. Ce mouvement n’est pas seulement lié au contexte français. Les commandes en provenance de l’étranger ont elles aussi été très affectées ; l’épidémie touchant les principaux partenaires commerciaux des entreprises françaises.

Cette étude est basée sur le mois de mars 2020. Pour rappel, le confinement est intervenu le 14 mars pour un certain nombre de secteurs ; et le 17 mars pour l’ensemble du pays, sauf secteurs essentiels à l’activité. Conséquence directe de la chute brutale de l’activité, les entreprises jugent que leur situation de trésorerie s’est nettement détériorée. Cette dégradation touche l’ensemble des secteurs à des degrés divers, et plus particulièrement les Petites et Moyennes Entreprises.

La Banque de France a fait une étude permettant d’analyser l’impact, au mois de mars 2020, de la crise sanitaire selon les branches d’activité.

D’après l’extrapolation tirée de cette première quinzaine de confinement, chaque quinzaine supplémentaire entraînerait une perte de PIB de 1,5%. Le gouverneur de la Banque de France précise qu’il coexiste un effet mécanique sur la hausse de l’endettement des finances publiques du pays (environ 1%).

La Banque de France estime “qu’il faut remonter au 2ème trimestre 1968, marqué par les événements du mois de mai, pour retrouver une baisse trimestrielle de l’activité du même ordre de grandeur. Le PIB avait alors chuté de -5,3% ; avant de rebondir de +8,0% au 3ème trimestre 1968″.

♦ Les Chocolatiers du département offrent un moment de douceur aux soignants 

Le numéro 1 du chocolat dans la grande distribution a souhaité marquer son soutien aux “véritables héros qui œuvrent chaque jour dans des conditions difficiles”. L’entreprise Cémoi a décidé d’offrir 40 tonnes de chocolats qui partent dans toute la France ; pour rejoindre des centres hospitaliers, des casernes de pompiers et des EHPAD.

“Moulages, œufs de Pâques, Petits Oursons Guimauves, tablettes de chocolat, pâtes de fruits, gaufrettes Quadro, etc. sont aujourd’hui en chemin pour apporter de la douceur aux soignants et pompiers situés autour des 9 sites de production français de CÉMOI, dans les Pyrénées-Orientales, dans l’Orne, le Nord, la Gironde, la Loire, l’Aube, le Bas-Rhin et la Savoie. Des produits seront également offerts à des établissements et casernes de 13 autres  villes”.

L’entreprise familiale et locale rappelle qu’elle fournit aussi le chocolat nécessaire à la confection des desserts réalisés par les restaurateurs des Toques Blanches à destination des infirmiers, aides-soignants, médecins, etc., de l’hôpital de Perpignan.

Les rousquilles des Confiseries du Tech dans les paniers des soignants. Une fois n’est pas coutume, les gendarmes ont distribué des paniers gourmands. En effet, lors du contrôle du respect du confinement le 27 mars dernier, certains ont récolté des prunes ; quand les soignants eux se voyaient offrir des paniers garnis. Des produits offerts par “les établissements Sobraquès, la Confiserie du Tech, la société Galia Grau, l’hypermarché Carrefour Claira”.

L’occasion pour les forces de l’ordre de marquer leur solidarité et leur soutien aux personnels soignants.

♦ Rentrée scolaire 2020-21 – 9 postes supplémentaires malgré une baisse des effectifs

Le directeur de l’Éducation Nationale des Pyrénées-Orientales annonce d’ores et déjà travailler à l’organisation de la rentrée de septembre 2020. Les prévisions affichent 39.219 élèves scolarisés dans les écoles publiques du département ; 169 de moins qu’en septembre 2019. Malgré cette baisse du nombre d’élèves, la Rectrice alloue 9 postes supplémentaires. L’objectif est de “répondre aux priorités nationales ; parmi lesquelles la scolarisation des enfants de 3 ans, la mise en œuvre du plafonnement à 24 élèves de la grande section au CE1”.

Un effort particulier a été mené sur l’encadrement pour les territoires ruraux afin de maintenir le maillage territorial. Ces chiffres amènent à un taux d’encadrement de 22,98 élèves dans les classes des Pyrénées-Orientales. Par ailleurs, le DASEN indique qu’il y aura 19 ouvertures de classe contre 11 fermetures.

“Les mesures proposées permettent donc de poursuivre des priorités pédagogiques fortes par le plafonnement progressif des effectifs des CP et des Grandes Sections (GS) de maternelle à 24. Pour cette rentrée scolaire 2020, 93% des écoles élémentaires ou primaires pourront plafonner leurs effectifs de CP à 24. Pour les GS, ce sont 95 % des écoles maternelles”.

Le communiqué de presse adressé aux rédactions indique la prévision d’ouverture de 2 nouvelles classes Ulis* dans le premier degré ; portant à 37 le nombre de ces classes adaptées à l’accompagnement des élèves en situation de handicap.

Ulis* : Unités localisées pour l’inclusion scolaire

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances