Thierry Casasnovas, l’homme du Vallespir qui valait 80 millions… de vues

Thierry Casasnovas en 2013 © Wikipédia CC0 1.0 Public Domain Dedication

Thierry Casasnovas. Ce nom vous est peut-être inconnu. Pourtant, ce conseiller municipal de Taulis, commune du Haut-Vallespir dans les Pyrénées-Orientales, cumule un demi-million d’abonnés et 80 millions de vues sur Youtube. La raison de son succès ? Des vidéos – d’inspiration tutos – sur le bien-être santé prônant le crudivorisme ou encore le jeûne. Un Youtubeur lambda dans l’immensité d’Internet ? Pas vraiment. Thierry Casasnovas a été signalé plus de 500 fois pour dérives sectaires au cours des 5 dernières année.

Qualifié de charlatan voire de dangereux manipulateur par les plus critiques, érigé en porte-étendard de la naturopathie moderne par ses sympathisants, l’homme d’affaires – qui approche les 2 millions d’euros de chiffre d’affaires – alimente ses vidéos de discours controversés. Les médecins et associations de s’inquiéter. Une enquête judiciaire est en cours.

Il n’en fallait pas moins pour que Made In Perpignan consacre un dossier à la sphère Casasnovas. Nous avons souhaité donner la parole à Thierry Casasnovas. Par retour de mail, son équipe nous a indiqué qu’il ne donnait plus d’interviews “vu ce qu’il en était fait”. Ce dernier a confirmé son refus à notre proposition la veille de notre bouclage en ces termes : “Vu la vague actuelle de haine, de harcèlement et d’intimidation, je ne donne a priori plus aucune interview”.

Même timidité médiatique du côté de ses détracteurs puisque le Conseil départemental de l’Ordre des médecins des Pyrénées-Orientales, l’Association de défense des Familles et de l’Individu des Pyrénées-Orientales (ADFI), le Centre contre les manipulations mentales du Languedoc-Roussillon (CCMM) n’ont pas donné suite à nos sollicitations sur le sujet. Photo de Une : Thierry Casasnovas en 2013 © Wikipédia CC0 1.0 Public Domain Dedication.

♦ Du déclic émotionnel au régime alimentaire extrême

Natif de Perpignan, Thierry Casasnovas crée sa chaîne Youtube vers 2011 depuis l’Asie du sud-est. Sa plateforme Régénère (RGNR) naîtra dans la foulée en 2012. À ses débuts, le routard aborde dans ses vidéos le crudivorisme. Une pratique alimentaire qui consiste à se nourrir exclusivement de produits crus – du fruit à la viande rouge en passant par l’œuf – ainsi que de jus de fruits et légumes. 

Sur Régénère, le catalan met en lumière son parcours dans une brève autobiographie. “À 33 ans, il souffre d’une tuberculose avancée, d’une hépatite, d’une pancréatite aiguë, d’un état de cachexie sévère avec un poids de 31 kg pour 1m75, et il est victime de trois arrêts cardiaques. La médecine ne lui donne plus qu’une semaine à vivre après plusieurs échecs de prise en charge”. Le mythe Casasnovas est né.

Un déclic émotionnel fondateur ? Médecin généraliste, Vincent* est de cet avis.Avant de partir dans des propos bancals au sujet de la santé, il a dû y avoir un traumatisme. On a tous les mêmes mécaniques de pensée, de défense et de réticence ; d’autant plus dans cette situation. Suite à un choc, lui rejette la médecine dite conventionnelle et notre système de soins. Mais ça explique beaucoup de choses malheureusement : suite à un mauvais diagnostic, on a dû lui dire qu’il était foutu. Un bilan qui était faux. Une erreur”.

♦ Trois arrêts cardiaques à 33 ans vous avez dit ?

La biographie du site Régénère revient également sur la métamorphose de l’autodidacte ; s’adonnant au “pardon et changeant radicalement son alimentation. Il intègre majoritairement des produits bruts non transformés, puis les jus de légumes chargés en micronutriments qu’il avait découverts grâce à l’Institut Hippocrate, mais aussi la pratique régulière du jeûne. Il devient alors chercheur passionné d’hygiénisme et de physiologie”.

Selon la Fédération Française de Cardiologie, le taux de survie à un arrêt cardiaque se situe entre 2% et 3% en France. Alors, miracle du corps humain ? Le médecin rebondit à la lecture de cette hagiographie et nous explique la procédure habituelle : “Suite à un ou deux arrêts cardiaques, pour un patient jeune, on pose un défibrillateur cardiaque. C’est automatique. Survivre à trois arrêts …”.

♦ Les témoignages de jeunes adeptes des Pyrénées-Orientales

Charline* et Juan* ont tous deux la vingtaine. Ils habitent une communauté alternative d’une dizaine de personnes dans le département et suivent – ou ont suivi – l’école de pensée de Thierry Casasnovas. Elle, est étudiante dans le domaine de l’alimentation. Lui, fait des travaux agricoles et aide dans les marchés du département. Les deux jeunes sont aussi passionnés d’anthropologie. Un hobby qui, d’après eux, les a aidés à acquérir des connaissances sur ces pratiques alimentaires et ce mode de vie.

Juan a connu le crudivorisme six ans avant de l’adopter, exclusivement, depuis un an. “Lorsque j’ai connu Régénère, ça a été un déclic radical pour moi. Je faisais beaucoup de sport et je m’intéressais à la santé en général. Mais, à l’époque, j’avais des problèmes d’eczéma. Il y a eu une évolution en fonction de ma nourriture”

Quelle est sa motivation ? “C‘est d’abord le goût, la sensation corporelle et mentale de bien-être que me procure ce régime alimentaire. Je ne ressens plus la fatigue liée à la digestion des produits cuits. C’est une différence notable et ça a tout changé pour moi. Il faut prendre plein de paramètres en considération : les relations sociales, l’environnement, ce que l’on vit dans la nature, le soleil, le stress, etc. Bien sûr, on peut manger très mal cru. Et inversement“.

♦ Juan, des préceptes du crudivorisme à ses propres expériences

Ce jour-là, Juan a mangé un fruit le matin, des œufs à midi et du poisson séché le soir.Je n’ai plus besoin de recettes ou de cuisiner. Et j’ai toujours des fruits entre-temps. Je ne prends que de la viande d’herbivores et des poissons de mer. Je l’achète au port ; mais il y a beaucoup de réseau et de bouche-à-oreille aussi pour la viande rouge“. 

Le jeune homme se dit serein quant aux risques sanitaires grâce à ses bonnes connaissances ; de même pour la présence de parasites comme le ténia, l’anisakis ou la trichinose . “Je m’inspire des savoirs de la tribu des Inuits“. Il ne suit plus aussi régulièrement Thierry Casasnovas qu’avant. “Au bout d’un moment on fait le tour. Je fais désormais mes propres recherches“.

Charline explique avoir visionné les vidéos de Thierry Casasnovas, Irène Grosjean et Dominique Guyaux, alors qu’elle souffrait d’acné. Le premier aurait contribué à lui trouver un remède dans ses recherches : une cure anti-parasitaire à base de plantes achetée sur internet.

Youtube commentaires abonnés chaîne Thierry Casasnovas
Youtube | Commentaires d’abonnés à la chaîne de Thierry Casasnovas

♦ “Attention pour les cardiaques et les plus de 60 ans”

Dans ses vidéos, outre le crudivorisme, Thierry Casasnovas milite pour les bienfaits supposés du jeûne – dont celui à sec – mais aussi ceux de l’exposition au froid. Des méthodes que des milliers d’adeptes défendent sur la toile. Car si l’adage rappelle de ne pas “faire de son cas une généralité”, les partisans du jeûne semblent convaincus que plus il y aura de cas, plus leur généralité aura de chances d’être juste.

Le docteur Vincent réagit à la vue de cette vidéo sur le mode de vie crudivore, de celle sur “les deux plus grandes vertus ignorées du jeûne et enfin de celle intitulée “construire un mental fort et focalisé sur le froid”. Il n’a jamais été prouvé que le jeûne apportait des bienfaits pour la santé. De même pour le crudivorisme comparé à une alimentation variée et avec du cuit”.

Avant de poursuivre et de tirer la sonnette d’alarme. “Je ne pense pas qu’il y ait de danger à manger cru. Mais cela n’a jamais montré d’efficacité, surtout, ou de supériorité face à des pratiques d’alimentation habituelle. Quant à se mettre dans une eau aux températures extrêmement basses, il y a deux dangers : l’infarctus et l’hypothermie. Attention pour les personnes cardiaques et les plus de 60 ans. Il ne faut absolument pas qu’ils écoutent ce discours. Idem pour les diabétiques et le jeûne. Ce ne sont pas des bons cocktails, ça ne fait pas bon ménage tout ça”.

Vincent ne connaissait pas le blogueur. Il poursuit le visionnage des vidéos de Thierry Casasnovas.

Cet homme ne prend pas assez en considération les diagnostics les plus fragiles. Pourquoi ce monsieur ne fait-il pas ça de son côté ? Pourquoi a-t-il besoin de transformer sa pratique en modèle ? Est ce un problème d’ego ? Et les critiques fusent : “Il n’a passé aucun diplôme, ni pour être scientifique, ni pour être pédagogue. Son discours est empirique. Il ne se base que sur sa propre histoire. Il pense que tous les autres peuvent faire pareil. Or, là, nous parlons de science et de médical. Quelle est sa légitimité ? Son succès sur YouTube ? ”.

♦ Une absence de diplôme fièrement revendiquée face “à une élite endoctrinée”

Les vidéos Régénère fonctionnent souvent sur le modèle d’une visite médicale en ligne. Le principe est simple : face caméra, Thierry Casasnovas conseille et donne ses remèdes face aux demandes précises des internautes ou de leurs pathologies. Les cas varient ; de la fausse couche, à des malaises réguliers, en passant par l’alimentation du bébé.

Le catalan est fier de mettre en avant son absence de diplôme face à une élite trop endoctrinée à son goût. Au grand dam des professionnels de santé et de L’Extracteur. Depuis 2019, ce collectif d’une dizaine de bénévoles œuvre contre les dérives en matière de santé. Dans des formats ironiques, L’Extracteur relève certaines facettes bien plus dangereuses des vidéos du blogueur.

On a vu le caractère séduisant et le discours difficile à déconstruire de Thierry Casasnovas, nous partage un des membres du Collectif L’Extracteur. J’y ai même en partie cru parce que c’est bien ficelé. Il est très doué pour, et même les spectateurs avec un bon niveau peuvent se laisser porter. Au contraire, il va même toucher des gens qui sont bien installés, qui ont fait des études ; mais qui ont surtout le temps de se poser ce genre de question. Contrairement à ce que l’on pourrait croire : ce ne sont pas les faibles d’esprit ou les personnes fragiles qui sont concernés”. 

Thierry Casasnovas et L’Extracteur, une cyber histoire d’amour vache. Récemment encore, le crudivoriste fustige une des vidéos du collectif et “ses méthodes sournoises, sa mise en avant par les médias et le gouvernement (SG-CIPDR qui a absorbé la MUVILUDES), le soutien de la zététique** radicale et de certaines figures véganes.”

♦ Une enquête préliminaire du parquet de Paris en cours

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire en juillet comme le relevait le JDD. Toujours en cours, cette enquête a été confiée à l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP). À l’origine, une suspicion “d’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse d’une personne particulièrement vulnérable” ; ou encore “une mise en danger de la vie d’autrui”. Le cas Casasnovas ? C’est surtout plus de 500 signalements auprès de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

Le bénévole de L’Extracteur se confie : “Je suis végétalien. En 2015, au moment de ma transition alimentaire, il était bien plus difficile de trouver des conseils avisés et des recommandations d’autorités de santé compétentes. Je suis donc parti à la pêche aux informations sur des sites peu recommandables. À ce moment-là, Thierry Casasnovas était cité en exemple par les milieux du véganisme, du végétarisme. J’ai suivi quelques-uns de ses conseils. J’ai même acheté un extracteur de jus. Mais j’ai vite pris conscience, j’ai perçu la dangerosité des discours concernant les traitements médicaux. Mais aussi les propos concernant certains aspects sociétaux ou les femmes”.

♦ Un bras amputé ? “Tu as tout le programme pour le reconstruire

Anti-vaccins, anti-contraception, anti-traitements hospitaliers. Au travers des lignes, Thierry Casasnovas symbolise un curieux cocktail idéologique qui consterne le milieu médical. Une sécheresse vaginale ? Le crudivoriste préconise l’instillation de chlorophylle liquide dans le vagin. Parmi les positions défendues par le Catalan : le Sida n’existe pas, et contraception ne sert à rien. Et la liste s’allonge.

Dans une enquête à ce sujet, L’Express du 28 janvier dernier évoque des témoignages recueillis via la Miviludes ; un “homme de 55 ans atteint d’un cancer du côlon métastasé et qui a interrompu sa chimiothérapie après un stage chez Casasnovas“.  

Un bras amputé ? “Tu as tout le programme pour le reconstruire, répond le blogueur à un internaute victime d’un accident. “Il n’y a aucune raison qu’il ne se reconstruise pas. Je n’ai pas envie de te dire qu’il va repousser. Mais je n’ai pas envie non plus de te dire qu’il ne va pas repousser. (…) La potentialité existe“.

♦ L’histoire de Thierry Casasnovas, LA référence pour ses followers

Thierry Casasnovas récidive et affirme que “le cancer n’est pas une maladie, et que la chimiothérapie ne sert à rien, si ce n’est à dépenser de l’argent”. Nous avons demandé à Charline de réagir à ces propos : “Regardez l’histoire de Thierry, il était proche de la mort. Avec tout un tas de thérapies combinées, avec du jeûne, avec des plantes, on peut arriver à s’en sortir en fait“.

Le média Futura Sciences et l’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes (Unadfi) relatent le témoignage d’un jeune homme qui a arrêté ses injections d’insuline depuis une semaine, prétextant une bonne alimentation et des conseils distillés sur YouTube. “Le jeune diabétique a été placé par la suite en réanimation suite à une crise d’acidocétose“. Suite aux explications fournis par le père du patient, l’interne comprend que les vidéos en question étaient celles de Thierry Casasnovas.

♦ Quand le slogan “se vacciner pour les autres” ne passe plus

Quand Charline va voir le médecin c’est seulement pour un diagnostic ; mais elle repousse au maximum l’échéance du médicament. “J’essaie de comprendre les causes et au maximum de me soigner de manière naturelle. Pourquoi devrais-je prendre des médicaments pour un mal de ventre alors qu’un jeûne d’une semaine suffit ? Par la suite, si ma méthode ne fonctionne pas, alors oui je les prendrai. Je les garde de côté, comme une dernière cartouche, ou en cas d’urgence.”

Mais une fois, j’ai fait une erreur, j’ai fait un ulcère à l’estomac. C’était violent, j’étais en train de me vider de mon sang ; mais j’ai quand même attendu une bonne semaine comme ça. J’ai trop traîné”.

Interrogée à propos des vaccins, Charline ne supporte plus d’entendre le slogan “se vacciner pour protéger les autres”.On se vaccine pour se protéger soi ! C’est un choix personnel, chacun doit savoir ce qui est bon pour lui. En fonction de sa crainte de la maladie en question. J’en ai marre d’entendre que ça n’a pas d’effets secondaires. Ou bien que le rapport bénéfice-risque est positif. On sait qu’il y a des risques qui ne sont pas assez mis en avant ! Ils ne nous donnent ni la liste des effets secondaires, ni la composition du vaccin avant de nous l’injecter“.

Mais quels sont ces risques pour Charline ?La présence de métaux lourds. C’est marrant on nous rabâche et dénonce leur présence dans les poissons. Mais il faut savoir que notre corps a les moyens de les filtrer si nous les mangeonsAlors que dans le cas de l’injection dans un vaccin, ces métaux vont directement dans notre sang, sans filtre, sans aucun moyen de protection du corps“.

Credit photo Idhir Baha

♦ D’où vient le surnom de “gourou du cru” de Thierry Casasnovas ?

Plusieurs sources évoquent ce qu’elles qualifient “d’endoctrinement” de certains fidèles. L’Extracteur tient à nuancer : “C’est compliqué de prouver qu’il est vraiment à l’origine d’un refus de traitement médical. Les gens regardent ses vidéos, mais on ne sait jamais à quel moment précis la prise de décision s’est faite. À quel moment le spectateur franchit ce cap ?”.

Et le représentant du Collectif d’étayer ses propos : “Les gens n’ont pas conscience de l’emprise qu’il a eue sur eux. Ils ont envie de le couvrir car ils pensent que Casasnovas a toujours raison. Eux auraient mal appliqué, mal interprété, ou pas bien mis en application. Et donc selon eux, ils ne seraient pas des victimes. C’est un problème que l’on rencontre régulièrement. Chez les victimes de gourou, le phénomène observé est le même“.

♦ Une image lisse et une communication étudiée

Thierry Casasnovas soigne davantage son image aujourd’hui. Une dédiabolisation observée tant sur la forme, marketing oblige, que sur le fond. En partie en tout cas. Les termes d’autonomie et d’indépendance reviennent sans cesse dans ses plus récentes vidéos. La promesse est vendeuse : reprenez en main votre mode de vie pour prévenir vos soucis de santé.

Une argumentation qui séduit Charline ; par exemple concernant la question d’actualité des vaccins anti-covid. Même s’ils sont efficaces face aux différents variants, c’est idiot de ne pas faire autant d’efforts pour renforcer notre corps, notre immunité naturelle. Non : on essaie de trouver des artifices pour un virus. Qui nous dit que ce vaccin ne va pas affaiblir notre corps dans son ensemble ?“. Et l’étudiante de développer : “Thierry nous pousse à de l’autonomie, et pour cela, il nous donne des informations, les grands principes. C’est aux gens d’expérimenter et de se faire leur propre idée“.

Fini donc son discours sur la mono-diète. Désormais, il est question de suppression des aliments industriels et transformés, des bienfaits des fruits et légumes frais, d’activités physiques, etc. En soi, des recommandations que pourrait tenir tout professionnel de santé. D’ailleurs dès l’ouverture de la page regenere.org, s’affiche cet avertissement : “L’association REGENERE A POUR SEUL OBJECTIF DE DELIVRER UNE INFORMATION GENERALE, de FAVORISER LES ECHANGES et la COMMUNICATION sur L’ALIMENTATION et SES EXPERIENCES entre PERSONNES NON PROFESSIONNELS DE SANTE“.

Un revirement souligné L’Extracteur qui ne baisse pas la garde pour autant.

Désormais, il pioche dans différents sujets. Il parle par exemple d’écologie. Les deux tiers de ses propos ont déjà été entendus. Des paroles bateau qui ne sont pas dramatiques. Mais au milieu de ce discours consensuel, il y a encore cette prétention de la thérapie. Cette notion que le corps pourrait tout soigner. Finalement, il nourrit l’idée qu’on n’a pas besoin de médecine ou de diplôme si l’on s’en donne les moyens“. Et de conclure : “Vu ses antécédents, il y a suffisamment de matière à alerter”.

♦ Formation de coaches, école hors contrat : la face business de Casasnovas

De sa vidéo de 2011 tournée au pied d’un ficus, Thierry Casasnovas a fait de Régénère un énorme réseau national. Grâce à une “formation d’une durée de 1 semaine accompagnée d’une formation vidéo préalable”, Thierry Casasnovas a lancé une trentaine de “coaches régénération”. Sollicitée, une coach Régénère basée sur Perpignan a refusé de nous répondre.  

L’Express révèle “le grand projet de Thierry Casasnovas à Taulis : créer un ensemble constitué d’un centre de formation pour adultes, lié au domaine de la santé, et adossé à une ferme de production alimentaire. Et surtout, à une école : Un établissement privé hors contrat dont il avait évoqué une ouverture en septembre 2020“.

Projet qui ne semble pas d’actualité. Le rectorat de Montpellier nous confirmant qu’aucune demande officielle n’était déposée à ce jour. Nombre de formations et stages Régénère sont disponibles en ligne ou en présentiel, au prix moyen de 300€. Le Youtubeur fait également la promotion pour des marques d’extracteurs de jus. Un business juteux : selon L’Express, sa société basée à Taulis enregistrait en 2019 un chiffre d’affaires d’environ 1,9 million d’euros. “645,000 euros de bénéfice. De quoi lui permettre une rémunération annuelle de 61.251 euros“.

♦ Une “transmission de savoir” également reprise par les followers

Si Charline a déjà suivi plusieurs de ces stages Régénère – en présentiel ou en ligne – elle nous assure “n’avoir jamais déboursé un centime pour. J’ai gagné la place via des jeux en ligne – j’étais bénévole en cuisine – ou alors je me suis inscrite à des programmes gratuits“.

Du côté de Juan, c’est un tout autre discours. Le jeune crudivoriste n’a jamais côtoyé “Thierry” lors de formation. Pourtant, il nous confie ambitionner – avec les membres de sa communauté – d’accueillir des intéressés dans le but de partager leurs connaissances et mode de vie. “Ici, nous avons tous des capacités différentes, et nous aimerions faire un truc holistique sous la forme de stages“. Le programme, selon lui, encore en réflexion : alimentation, étirement, musique, soins, etc. “Un ensemble de facteurs en vue d’une bonne santé“. D’après ces dires, un projet très similaire à ce que propose Thierry Casasnovas via Régénère.

♦ Du boost du confinement à la quenelle d’or de “Dieudo”

Le temps d’écran n’a jamais été aussi important que depuis le début de la crise sanitaire. En cette période très particulière, l’injonction se généralise : celle d’un confinement “réussi” où tout un chacun doit mettre à profit ce temps suspendu pour prendre soin de son corps. Et pourquoi pas après quelques recherches hasardeuses sur la santé et l’hygiène, “craquer” pour une formation Régénère en ligne.

Entre mars et juin 2020, la chaîne YouTube “Régénère Thierry Casasnovas” a gagné 53,000 abonnés d’après l’outil Socialblade. Pour L’Extracteur, la pandémie serait même “du pain béni pour ce genre de personnage” et pas seulement sur le plan lucratif. “Thierry Casasnovas connaît les secrets du buzz sur internet. Il organise des directs avec d’autres complotistes durant lesquels ils s’échangent des vues et donc de potentiels clients. On parle d’un portefeuille de clients”. 

En juin 2020, le Catalan s’est vu décerner la Quenelle d’or au Bal des quenelles du polémiste Dieudonné. Ce dernier ayant été condamné, en septembre dernier, pour avoir tenu des propos racistes lors de l’édition 2017 de ce même Bal.

Thierry Casasnovas a également fait des apparitions lors de conférences de l’association Égalité & Réconciliation. Une association qui “a pour objet de soutenir, et de défendre, les idées politiques d’Alain Soral” ; peut-on lire sur le site web. Alain Soral (de son vrai nom Alain Bonnet), essayiste proche des cercles d’extrême droite, a été condamné en juin 2020 pour “contestation de l’existence de la Shoah”. Cette personnalité controversée avait organisé l’université d’été 2019 de son association … dans le Haut-Vallespir. Régulièrement tous les mois, l’association de Soral vole au secours de Régénère et se fait l’écho de la guerre que se livrent Thierry Casasnovas et L’Extracteur.

♦ La santé du système de soin français serait-elle un terreau pour ces dérives ?

Interrogé à ce sujet, le membre de L’Extracteur répond : “Ce sont plutôt les choix politiques de ces dernières années, et les orientations de notre système de soins qui favorisent ces dérives. Parmi les fidèles de Casasnovas, il y a des gens qui ont vécu de véritables errances médicales face à une maladie chronique. Ils sont allés de spécialiste en spécialiste, en se faisant balader. Ils se font traiter comme des numéros et au bout d’un moment, ils cherchent des alternatives”.

Avant de poursuivre : “Nombre de médecins n’ont plus le temps pour une véritable consultation, pour un véritable échange avec le patient. On demande au médecin de se dépêcher, de ne pas rester plus que quelques minutes avec les patients afin de respecter un plan budgétaire.”

“C’est un terreau : nous nous sommes désinvestis de tout un champ du soin laissant des gens dans la détresse. C’est ce volet-là du soin qui est privatisé et capitalisé par des charlatans“.

Charline, la jeune adepte de Thierry Casasnovas, de concéder :La médecine allopathique est géniale pour des urgences. Elle sauve des vies. On peut nous remplacer un cœur et stopper un ulcère. Mais c’est une catastrophe pour les maladies chroniques. Prenez le diabète par exemple : pourquoi n’essayons-nous pas de résoudre les causes pour éviter de prendre des médicaments sur le long terme. Au final, cela rend plus malade sans même avoir résolu le problème. Notre système de santé ne cherche pas plus loin que le symptôme. Mais quand on croit que c’est fini, ça ne l’est pas du tout“.

♦ Le mot de la fin à la médecine “traditionnelle”

Avec du recul, Vincent se confie sur son quotidien de médecin généraliste. “Chacun fait ce qu’il veut. Par contre, qu’on ne dise pas aux autres de ne pas aller se soignerBien sûr que des choix politiques, des économies à faire sur certains établissements médico-sociaux, certains hôpitaux, favorisent cette impression que le médecin prend son patient pour un numéro.

Dans ma pratique de professionnel, je n’oppose pas les différentes sources de soins. Alors pourquoi des gens comme Thierry Casasnovas le font ? Alors qu’il n’est ni scientifique, ni médecin ? On peut très bien se soigner avec des plantes. Mais aussi comprendre que l’on a besoin de vaccin ; comprendre que l’on doit se faire opérer d’une appendicite, sinon on meurt !”

Lorsque mon patient me dit qu’il est parti voir un magnétiseur pour se soigner, je ne vais pas le contrarier. Au contraire, si cela peut le soulager, nous avons le même but, les mêmes objectifs : le soin. Ce sont des médecines et des prises en charge différentes. En tant que médecin, je préfère des solutions douces. Il ne faut pas se ruer automatiquement vers le médicament. Mais à l’inverse, mes patients atteints de cancers qui prennent je ne sais quoi en parallèle de leur traitement, je leur demande de me le dire. Car certaines pratiques peuvent diminuer l’efficacité de la chimiothérapie. Et même parfois entrer en conflit”.

Vincent avoue que certains de ses collègues se cachent derrière la prescription de médicaments “alors qu’il ne faudrait pas. Ce n’est pas un Doliprane qui va vous apporter une réponse. Je ne vais pas prescrire quelque chose à un patient qui vient me voir pour un problème de sommeil. Je vais d’abord comprendre son mode de vie et ses habitudes. C’est le patient dans son ensemble qu’il faut appréhender”.

♦ Notes :

*Prénoms d’emprunt visant à préserver et à protéger les enquêté.e.s.
**Posture sceptique (introduite en France par Henri Broch) envers toute information sortant de l’ordinaire.

// Découvrir nos dossiers :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances