fbpx
Aller au contenu
Accueil » Actualités » Environnement » La végétalisation et l’agriculture urbaine germent dans les Pyrénées-Orientales

La végétalisation et l’agriculture urbaine germent dans les Pyrénées-Orientales

La végétalisation dans les Pyrénées-Orientales

Article mis à jour le 28 décembre 2022 à 19:50

Les Pyrénées-Orientales semblent avoir entendu les messages envoyés par les derniers rapports du GIEC et la nécessité d’agir maintenant pour préserver la planète du réchauffement climatique. Divers projets de végétalisation, de revégétalisation mais aussi d’agriculture urbaine ont été lancés depuis 2019. Coup de projecteur sur « Elne Ville Jardin » et « Nature en ville ».

Le projet « Elne Ville jardin »

Porté par la commune et son CCAS, ce projet a pour ambition de promouvoir l’agriculture urbaine citoyenne et de favoriser la végétalisation du centre urbain, notamment via la plantation de comestibles. La ville d’Elne s’engage depuis 2020 dans une démarche participative de reconquête agricole, paysagère, nourricière avec des projets variés : des installations d’agriculteurs, la création d’une ferme municipale et des plantations de haies.

La démarche consiste à planter des végétaux en cœur de ville. Le maximum sera fait pour privilégier les végétaux nourriciers partout où cela sera possible techniquement. Par exemple, au pied des habitations, au sein de petites placettes ou dans des espaces libres du centre urbain.

Les Illibériens seront mis à contribution car ce projet aimerait devenir un exemple de participation citoyenne. Ce sont les habitants qui proposeront des sites, mèneront les plantations, assureront les récoltes et veilleront au suivi et à l’entretien de ces espaces ouverts à tous. Les sites d’Elne Ville jardin deviendront des zones d’activités nourricières. Le but est de produire des denrées alimentaires en faveur d’une consommation locale tout en respect la santé et l’environnement.

Au-delà du projet Elne Ville jardin, la commune est engagée dans un projet de plantation massive d’arbres et de haies champêtres. D’ici 2025, la municipalité souhaite attendre 10 km d’arbres et de haies plantés en zone urbaine et périphérique, soit 1 arbre par habitant.

Elne Ville Jardin - Citoyens et jeunes du CCJ ont végétalisé la rue Lefranc avec des plantes aromatiques, de la vigne et des bougainvilliers. © Ville d’Elne - Priscilla Beauclair
Citoyens et jeunes du CCJ ont végétalisé la rue Lefranc avec des plantes aromatiques, de la vigne et des bougainvilliers. © Ville d’Elne – Priscilla Beauclair

Une démarche concrétisée le 26 novembre 2022

Avec Elne Ville jardin, les habitants volontaires doivent transformer leur lieu de vie en espace vert et nourricier. C’est donc une démarche collective qui ne pourra fonctionner qu’avec la participation et la volonté des citoyens.

Le 26 novembre 2022, ce projet s’est vraiment concrétisé puisque les premières plantations participatives ont été effectuées sur 3 sites de la ville préalablement préparés par les services techniques municipaux : rue Lefranc par les riverains, Porte de Collioure avec le Conseil citoyen et une partie de l’école Neo avec des membres de l’équipe enseignante et le Conseil Consultatif de la Jeunesse.

Un groupe de travail composé de divers acteurs indispensables à la réussite de ce projet, va mettre au point une charte des bonnes pratiques, régulièrement mise à jour pour devenir un « permis de végétaliser » à l’été 2023. Utilisé comme un outil qui permettra de définir les modalités de plantations citoyennes de toute la ville, ce permis sera construit avec les habitants. Prochain rendez-vous citoyen le 5 décembre pour l’espace Salitar.

Elne Ville Jardin - Un jardin comestible a pris place Porte de Collioure. © Ville d’Elne - Priscilla Beauclair
Un jardin comestible a pris place Porte de Collioure. © Ville d’Elne – Priscilla Beauclair

Les atouts de l’agriculture urbaine

L’agriculture urbaine permet d’accélérer la transition alimentaire dans ce contexte d’urgence climatique. Végétaliser l’espace urbain possède de nombreux atouts : favoriser la biodiversité, réguler les îlots de chaleur, limiter la pollution atmosphérique, atténuer les effets de l’imperméabilisation des sols, reconnecter l’Homme à la Nature, pour arriver au bien-être humain et à son épanouissement.

Mais c’est aussi un vecteur de lien social entre les habitants d’un même quartier, ou de quartiers différents, qui parfois ne se parlent pas ou plus. Les habitants devront se concerter et œuvrer ensemble pour la réussite ce projet, pour prendre soin de leurs plantations. Ce projet s’appuie sur les volontés et les forces des habitants pour tendre vers une réappropriation de la production et aller vers le « mieux manger ».

Elne Ville Jardin - Nettoyage et aération du sol de l’espace vert, à l’école Joseph Néo, transformé en potager. © Ville d’Elne - Priscilla Beauclair
Nettoyage et aération du sol de l’espace vert, à l’école Joseph Néo, transformé en potager. © Ville d’Elne – Priscilla Beauclair

Les actions du département dans les Pyrénées-Orientales

Depuis quelques années, le département des Pyrénées-Orientales met en place différentes actions pour faire revenir la nature en ville. Entre 2019 et 2021, une cinquantaine de villes et de villages ont testé la méthode « Nature en ville ». Il s’agit de donner plus de place à la nature pour améliorer le cadre de vie, rendre un quartier plus attractif et favoriser la cohésion sociale. Cela permet également de participer à la lutte contre le réchauffement climatique et l’érosion de la biodiversité.

L’édition 2020 du projet Intégrer la Nature en ville avait pour thème « Renaturer le milieu urbain ». Le département des Pyrénées-Orientales avait lancé un appel à projets pour aider les communes et communautés de communes à atteindre les objectifs nationaux et donc les accompagner dans la réalisation de ceux-ci.

Aménagements bords de la Têt à Perpignan

Les exemples de végétalisation ou revégétalisation

En 2020, la commune d’Alenya a initié des travaux de désimperméabilisation dans la cour de l’école maternelle et élémentaire. Des arbres et des haies ont remplacé le bitume. Ces travaux ont été réalisés dans le but de réduire les risques d’inondations en déconnectant du réseau séparatif les eaux pluviales.

Une grande opération de renaturation est prévue au début de l’année 2023 à l’entrée de Saint-Cyprien. La Communauté de communes Sud Roussillon va planter près de 400 arbres et des végétaux sur 1,6 kilomètre le long de la nouvelle piste cyclable créée par le Département, reliant Saint-Cyprien à Elne sur la RD612. L’objectif ? Un îlot de fraîcheur « biodiversifié » constitué de différentes essences locales d’arbres et de prairies fleuries à destination des usagers de cette voie douce. Une opération conjointe avec des écoles ou des maisons des jeunes du territoire est actuellement à l’étude, afin que les enfants puissent collaborer à ce projet.

Végétalisation urbaine dans le centre-ville de Perpignan © Maïté Torres / MiP

Début 2022, quatre chantiers s’achèvent parmi les 13 projets retenus par l’appel à projet du Parc et du Département des Pyrénées-Orientales « Requalification paysagère ». Les communes de Mantet, Réal, Matemale et Escaro sont concernées. D’autres réalisations sont prévues pour le début de l’année 2023. Ces travaux visent à embellir les communes en intégrant un aspect environnemental aux aménagements.

Le contre-exemple ?

Si de nombreuses communes souhaitent ramener de la nature en ville, d’autres suivent le chemin inverse. C’est le cas de Prades, dont la municipalité souhaite abattre une douzaine d’arbres prochainement. Le 19 novembre dernier, le collectif Pour l’arbre en ville s’est réuni sur les quatre sites où des arbres devraient être abattus. Certains sont considérés comme gênants. Les membres du collectif déplorent un manque d’anticipation et une trop faible politique de végétalisation. 

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances