fbpx
Marche pour le Climat Perpignan 25 Mai 2019 © Arnaud Le Vu / MiP

Les Français et le développement durable : une relation compliquée

LECTURE

Dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable, une étude réalisée par l’IFOP pour Ilek s’est penchée sur les préoccupations et les engagements des Français en termes de développement durable. Des résultats encourageants mais qui mettent l’accent sur plusieurs fragilités.

♦ Un monde de demain en action

Une certitude : l’écologie est devenue une vraie préoccupation chez l’ensemble des Français. 82% d’entre eux se sentent concernés par le développement durable. Les profils des citoyens les plus concernés par cet enjeu sont les cadres et professions intellectuelles supérieures (40%) ; ainsi que les diplômés du supérieur (37%). Les ouvriers semblent être moins préoccupés ; des raisons financières pouvant en être la raison. 

En effet, lorsque l’on demande aux Français les principaux freins à leur engagement en faveur du développement durable, 37% ont peur de l’impact sur leur pouvoir d’achat.

La deuxième raison, évoquée par 26% des sondés, concerne le manque de temps et affecte davantage les moins de 35 ans (39%). D’autres raisons mettent en avant les problèmes de santé, la difficulté à agir ou à se déplacer ou encore le coût financier des investissements et des actions. Bien qu’ils existent et qu’ils soient compréhensibles, ces freins n’empêchent pas le changement ; sauf pour 7% des personnes interrogées qui ne souhaitent pas faire plus d’efforts.

♦ Des jeunes qui veulent faire bouger les choses, mais qui finalement agissent peu

Les jeunes semblent être plus intéressés que leurs aînés en ce qui concerne le développement durable. 35% des 18-24 ans se disent « très concernés » par le sujet ; contre 17% des plus de 65 ans. Pourtant, les jeunes ont moins tendance à réaliser les gestes durables les plus communs. Par exemple, ils ne sont que 69% à pratiquer de manière systématique le tri sélectif ; contre 92% des plus de 35 ans.

Cette même différence s’observe sur la manière de consommer. Seulement 23% des 18-24 ans optent uniquement pour des produits Made in France ; contre 43% des 50-64 ans et 48% des plus de 65 ans. 55% des 18-24 ans évitent de surconsommer contre 87% des 50-64 ans et 87% des plus de 65 ans. Toutefois, on ne relève pas de différence significative entre les habitants de région parisienne et du reste de la France pour l’ensemble des actions déjà réalisées par les Français.

♦ Une préférence des Français pour les petites actions

Les deux actions que l’ensemble des Français font déjà sont donc le tri systématique des déchets (88%) ainsi que la réduction de la surconsommation (80%). Ces petits gestes permettent déjà de réduire de 380kg la consommation de CO2 par an et par personne.

D’autres actions sont également réalisées par un certain nombre de Français. 58% d’entre eux limitent leurs déplacements en avion au profit de moyens de transport plus écologiques, 43% se dirigent vers l’achat de produits réutilisables ou en vrac, et 36% renoncent à utiliser leur véhicule personnel au profit des transports plus responsables. Les Français sont plus susceptibles de faire des efforts pour les déplacements occasionnels que pour les déplacements quotidiens.

D’autres Français se disent prêts à réaliser des actions qu’ils ne font pas encore : 57% à opter pour des énergies vertes au sein de leur foyer et 51% à participer à des actions sur le terrain comme ramasser des déchets dans la nature.

♦ Un manque de confiance significatif envers l’État

Les Français se disent méfiants à l’égard des actions des différents gouvernements mises en place pour agir efficacement en faveur du développement durable. La note de confiance attribuée au gouvernement est de 4,5/10. 14% des Français ne font pas du tout confiance au gouvernement.

Lorsque l’on demande aux Français quel est acteur qui leur semble être le plus capable d’agir de manière efficace en faveur de la protection de la planète, ils sont 37% à répondre… les citoyens ! Cela signifie donc que les Français ont conscience que les initiatives citoyennes sont essentielles pour protéger la planète. Aujourd’hui, ils semblent prêts à agir et à s’investir en faveur du développement durable.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances