Quelle sera la tendance économique en avril pour l’Occitanie ?

En mars, hors secteurs subissant des fermetures administratives suite au nouveau confinement, l’activité économique régionale a progressé malgré le contexte sanitaire. Selon la Banque de France, ce reconfinement impactera de manière limitée et inégale l’activité des entreprises pour ce mois d’avril 2021.

 Les secteurs de l’industrie et des services marchands qui retrouvent un niveau normal

En mars, l’activité industrielle régionale a progressé à 85% de l’activité « normale » ; contre 93% au niveau national. C’est mieux qu’en février, mais une légère baisse est prévue pour le mois d’avril avec une activité qui afficherait un taux de normalité de 83% au niveau régional et 92% au niveau national. En Occitanie, l’activité des industries des équipements électriques, électroniques, informatiques et autres machines perd 3% par rapport au mois précédent ; tandis que la moyenne nationale bondit à 95%.

Concernant les services marchands, en mars, leur activité a augmenté pour s’établir à 87% au niveau régional ; contre 84% au niveau national. Cependant, une légère baisse est attendue en avril. L’activité dans le domaine de l’information-communication est passée de 82% en février à 86% en mars et devrait se stabiliser à ce chiffre en avril. C’est une progression notable. En revanche, en cette période de crise, le domaine de l’hébergement et de la restauration ne progresse pas et affiche un taux de normalité de 40% en mars (41% en février). Le mois d’avril sera marqué par une forte chute avec un taux de seulement 34%.

 Le secteur de l’alimentaire toujours en difficulté

Un secteur est toujours très impacté par le contexte sanitaire : celui de la fabrication de denrées alimentaires et de boissons. En mars, la production a légèrement accéléré grâce à la fabrication de produits de boulangerie et de pâtisserie et de produits laitiers. La production dans le secteur de la transformation et de la conservation de la viande, qui avait déjà nettement diminué en février, a continué son fléchissement. Cela est dû à la fermeture des restaurants et à l’arrêt de la restauration collective.

Toutefois, les demandes internationales, notamment venant de Chine, ont permis d’améliorer les carnets de commandes et de poursuivre la hausse des matières premières. Malheureusement, cette hausse n’a pas pu être répercutée sur le prix des produits finis.

Secteur alimentaire © Banque de France
Secteur alimentaire © Banque de France

 Les secteurs des transports toujours fortement touchés

Dans le domaine de la construction aéronautique et spatiale, la production a légèrement baissé en mars ; mais les livraisons ont augmenté. Cela reste toutefois inférieur à la normale. Les divers Plan de Sauvegarde de l’Emploi ont fait diminuer les effectifs et l’activité partielle est toujours utilisée dans ce secteur. L’augmentation de la production prévue pour le mois d’avril n’empêchera pas la poursuite des baisses d’effectifs.

En ce qui concerne l’industrie automobile, la production s’est accélérée en mars ; mais les difficultés pour s’approvisionner ont ralenti l’activité. En avril, la croissance devrait donc être plus faible. Les demandes internes ont permis de remplir de nouveau les carnets de commandes. L’export s’est, quant à lui, stabilisé. Les effectifs se sont consolidés grâce au recours à l’intérim.

industrie automobile

 Des tendances qui se confirment mois après mois

Dans le secteur des autres produits industriels, les tendances observées en mars concernant le mois de février se sont, dans la plupart des cas, confirmées pour le mois suivant. Le secteur du textile, de l’habillement, du cuir et des chaussures a bondi en mars. Les carnets de commandes sont remplis et ont retrouvé un niveau d’avant crise sanitaire. Les trésoreries se sont consolidées. En avril, une légère baisse de la production est prévue, s’accompagnant d’une diminution des effectifs.

Déjà très faible en février, la production dans le secteur de l’industrie chimique a de nouveau reculé en mars. En revanche, la production s’est poursuivie dans le domaine de la métallurgie et de la fabrication de produits métalliques. Seule ombre au tableau : le secteur de l’aéronautique qui affiche toujours des carnets de commandes étroits et qui enregistre des baisses d’effectifs.

18/09/2020, Perpignan, France, illustration artisan artisanat catalan © Arnaud Le Vu / MiP

// L’économie des Pyrénées-Orientales :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances