Se digitaliser ou mourir ? L’impérieuse mutation numérique des entreprises des Pyrénées-Orientales

25/04/2020 Perpignan, France, ILLUSTRATION Marché de plein air déconfinement mesures barrières alimentation producteurs locaux circuit court © Arnaud Le Vu / MiP / APM

“C’est au pied du mur que l’on voit mieux le mur”. Cet adage n’a jamais été plus vrai pour les petits commerçants au soir de l’allocution d’Emmanuel Macron ; discours qui décrétait un second confinement à compter du 31 octobre. Après quelques soubresauts encouragés par des maires dont celui de Perpignan, les commerçants qualifiés de “non-essentiels” ont dû, la mort dans l’âme, garder le rideau baissé.

C’est alors que retentit la petite musique du “click and collect” ; ou “commande et retrait” pour les puristes de la langue française. Mais est-il possible de numériser son entreprise en un claquement de doigts ? S’agit-il d’un manque d’anticipation des professionnels ? D’un manque d’accompagnement des pouvoirs publics ? De leur côté, Amazon et les géants du web n’ont pas tant tergiversé et ont su conquérir les consommateurs depuis plus d’une décennie. Est-il encore temps de regagner ces clients progressivement formatés au web et à la livraison à domicile ?

♦ Des sites pour lister les professionnels qui proposent du “Clique et Collecte”

Selon le baromètre 2019 de l’ACSEL, l’association de l’économie numérique, seuls 31% des marchands avaient mis en place une stratégie de “click and collect“.

Dans les Pyrénées-Orientales, la chambre des métiers, certaines mairies, et la Région – à partir du 12 novembre – proposent de lister et de promouvoir les professionnels proposant ce nouveau service. Une stratégie destinée à promotionner ce mode de consommation alternatif ; sans céder aux sirènes des géants d’Internet.

Certes, l’expérience utilisateur est loin d’être aussi fluide que celle d’Amazon. Mais artisans et petits commerçants parient sur une prise de conscience du consommateur ; un consommateur qui devient un consommacteur*.

♦ La plateforme “Dans ma Zone” pour contrer Amazon

À l’image de la plateforme dédiée aux commerces alimentaires TousOccitariens.fr, La présidente de la Région Occitanie lancera le 12 novembre “Dans ma zone” ; un site dédié aux commerces de proximité et ceux produisant des produits 100 % Occitanie tels les jouets, vêtements, artisanat d’art… 

Carole Delga déclare « Plus que jamais nos emplettes sont nos emplois ! C’est ensemble, en nous engageant à acheter chaque jour des produits régionaux, et en privilégiant nos commerces de proximité, que nous agissons concrètement pour soutenir nos commerçants, artisans et fabricants. C’est tout le sens de la plateforme Dans Ma Zone. En cette période de crise sanitaire et économique, nous devons faire preuve de patriotisme régional envers nos commerces de proximité”. 

Ouverte lors du premier confinement, la plateforme “Tous Occitariens” regroupe plus de 4.000 commerces alimentaires et producteurs locaux ; une alternative numérique alors même que les marchés de grand vent étaient fermés.

Depuis le mois de mars, certains consommateurs ont gardé les habitudes prises lors de ce confinement. Réalisée par l’IPSOS pour l’observatoire E.Leclerc, une étude fait apparaître que les Français se tournent davantage vers les produits d’origine France (45% d’entre eux le font plus que d’habitude), vers les produits frais (37%), ou encore des produits issus des circuits courts (37%). L’origine est même le premier critère de choix pour les fruits et légumes. “Les consommateurs ont répondu présents pour soutenir leurs producteurs : ils sont 63% à consommer le plus possible de produits locaux pour soutenir l’économie” précise l’étude.

La Chambre de Commerce et d’Industrie des Pyrénées-Orientales a également mis en place un portail de géolocalisation Géo’Local66 référençant les professionnels proposant un service de vente en ligne ou un drive.


À lire : Vers une décentralisation régionale de la compétence santé en Occitanie ?


♦ Quels sont réellement nos usages de consommation ?

La crise de la Covid fait apparaître de nouveaux usages ; et notamment une hausse considérable de l’achat en ligne.

  • +66% de vente via les outils digitaux des grandes enseignes
  • 1/3 des e-clients étaient des nouveaux clients
  • 42% des Français ont augmenté leur recours au e-commerce durant le confinement

Selon l’étude publiée par la Chambre de Commerce et d’industrie sur la consommation des ménages en 2019, les ménages catalans dépensent 11.795€ (12.950 au niveau national) à 52% dans l’alimentaire. Ils achètent à 72% dans les grandes surfaces (contre 70% au niveau national). Ce comportement est en hausse contrairement à l’achat dans les petits commerces.

En 2019, dans notre département, seuls 7% des ménages se fournissaient sur internet. Là aussi, l’étude montre une évolution constante de ce comportement. La proportion de Catalans e-acheteurs augmente significativement (14%) quand il s’agit de produits non alimentaires.


À lire : Consommez-vous comme les ménages des Pyrénées-Orientales ?


♦ Des commerçants qui boudent le net

Selon l’étude publiée par FranceNum, les professionnels sont conscients à 92% de la nécessité d’être présents sur internet. Malgré cette prise de conscience, ils ne mettent guère de moyens sur leur présence numérique.

“63 % y consacrent moins de 300€ par an. Ils sont 24 % à investir entre 300€ et 1 000€. 9 % seulement consacrent plus de 5.000€ à leur dispositif internet. Là encore, la taille de l’entreprise joue beaucoup. Si seulement 5 % des microentreprises investissent plus de 5.000€ par an, le chiffre passe à 34 % pour les PME”.

La raison de ce désamour ? 60% des entrepreneurs interrogés ne savent pas quantifier le retour sur investissement du web. En décembre 2019, la CCI et l’Union pour les Artisans du 66 avaient mis en place des ateliers Google pour booster la présence sur le web des professionnels des Pyrénées-Orientales.

Pour le directeur de l’UPA66, Damien Ribeiro,“le numérique a longtemps été regardé avec méfiance. Cela semblait souvent être le terrain d’un nouveau concurrent pour les petites entreprises. Comme Uber pour les taxis ou Amazon pour les commerces de proximité. Sans oublier le développement des drives des grandes surfaces”.

♦ Digitalisation dans la précipitation de la crise du Covid-19

Selon France numérique, seuls 26% déclarent vendre des produits ou des services sur son site web en 2019. Quand il s’agit des réseaux sociaux, 77% des professionnels “ne considèrent pas le temps investi sur les réseaux sociaux comme « rentable » pour leur entreprise”. Et pourtant, les unions patronales, les chambres consulaires forment à la présence sur le web.

Damien Ribeiro nous confiait : “Depuis quelques années, nous formons beaucoup d’artisans autour des questions du numérique avec, au premier plan, l’accompagnement sur les réseaux sociaux. […] Nous leur proposons l’accompagnement d’un community manager pour faire leurs premiers pas sur Facebook ou Instagram notamment”. 

Un guide numérique pour guider les entrepreneurs dans leur transformation numérique.

Ce guide diffusé par le Ministère de l’économie comprend trois étapes identifiées :

  1. Être visible en ligne
  2. Informer et garder le contact avec ses clients en faisant connaître son offre
  3. Développer la vente par le retrait de commande, la livraison à domicile ou la vente en ligne.

Bercy lance également un appel à projets afin d’apporter une réponse adaptée aux enjeux des entreprises de proximité, les offres de solutions numériques nécessaires à la mise en œuvre des différentes actions (intégrer une place de marché locale, mettre en place le paiement en ligne, créer son site internet…)”.

Le ministre de l’Economie indique dans ce communiqué de presse que les Chambres des métiers et du commerce seront mises à contribution pour joindre téléphoniquement les entreprises et les accompagner  dans le choix et la mise en œuvre de la solution numérique la plus appropriée.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances