Épilogue du “Sondage Municipales”, Patrimoine, Canicule, et recrutement exceptionnel aux Dragons – “Débriefe moi la semaine”

LECTURE

Dans le “débriefe moi” de cette semaine, on parle du sondage Les Républicains pour Perpignan, patrimoine, canicule, cash et du recrutement exceptionnel des Dragons Catalans. Vous pouvez également retrouver gratuitement tous les articles de la rédaction. Notamment, les chômeurs catalans du 2ème trimestre, le programme du festival 20/20, le gagnant du prix du photoreportage étudiant de Paris-Match ou la prestation en images de Pascal Obispo pour la dernière de Live au Campo.

♦ Politique – Sondage municipales 2020, Les Républicains testent 3 candidats potentiels

Nous vous avions dévoilé la tenue de ce sondage lors de notre précédente chronique hebdomadaire. Et nous en savons désormais un peu plus. Non sur le résultat qui ne devrait pas être rendu public, mais sur la teneur des questions. Selon plusieurs personnes sondées, il s’agissait de tester le candidat Les Républicains susceptible de remporter la bataille des prochaines municipales.

Figuraient sur la “short list” Jean-Marc Pujol, actuel maire Les Républicains, ainsi qu’Olivier Amiel, trésorier départemental du parti et déjà en campagne. La troisième personnalité testée est plus surprenante. Il s’agit de François Calvet, le Sénateur Les Républicains, et ancien patron du parti. L’ancien maire du Soler est vu, ou du moins envisagé, comme une alternative pour conserver Perpignan “dans le giron républicain”, selon ses propres déclarations. Confère notre article du 18 juillet suite à la venue, Bruno Retailleauprésident du groupe Les Républicains au Sénat.

♦ Insolite – Le Fort Saint-Elme dans Le Monde

Gabriel Richalot, journaliste et chef d’édition pour le journal Le Monde, réalise une série en 6 épisodes intitulée “La vie de château”. L’article, à propos du Fort Saint Elme, paraîtra le 26 juillet sur LeMonde.fr et dans la version papier du 27-28 juillet. Ce fort bâti en plusieurs étapes et dont la tour daterait de l’an 740, a longtemps servi de vigie pour défendre le territoire qu’il surplombe. Dans sa forme actuelle depuis 1552, c’est en 1926 que le grand-oncle de l’actuel propriétaire l’acquiert.

En 2004, Jean-Claude Ducatte, qui se définit lui-même comme “un passionné du patrimoine”, décide de lancer de lourds travaux. Après 4 ans de réhabilitation et de reconstruction, il y fonde un musée et la bâtisse se dévoile au premier visiteur en 2008. Aujourd’hui, ce sont 60.000 personnes qui visitent le fort chaque année. Ce château-fort démilitarisé est habité et se visite. De nombreuses activités y sont proposées, “de la naissance du jour” pour admirer le lever de soleil sur la baie de Collioure, jusqu’aux jeux de rôle “le défi du chevalier”.

Sur la photo postée sur l’instagram du journal Le Monde, Jean-Claude, Clémentine et Capucine Ducatte, propriétaires du fort Saint-Elme, posent sur le toit de cette sentinelle de la côte Vermeille.

Jean-Claude Ducatte revendique la suppression des subventions au patrimoine. Ce qui fait de lui un profil de châtelain atypique. “Je suis un entrepreneur du patrimoine qui milite contre les subventions et pour notre identité culturelle”.

♦ Politique – Jean-Bernard Mathon quitte l’ASPAHR

Le président de l’association très active de sauvegarde pour le patrimoine artistique et historique du Roussillon quitte ses fonctions. Particulièrement critique à l’égard de la politique de rénovation urbaine municipale, Jean-Bernard Mathon a notamment mené la fronde contre le réaménagement du théâtre de la place de la République. Mais aussi la contestation quant aux destructions d’immeubles sur le quartier Saint-Jacques.

Arguant “des positions publiques qu’il pourrait être amené à prendre à titre personnel”, Jean-Bernard Mathon choisit de céder sa place. Pour, déclare-t-il, “ne s’engager qu’en son propre nom”. En clair, Jean-Bernard Mathon compte prendre part dans la bataille des municipales. Pour le moment et selon le journal L’Indépendant, son nom aurait été proposé pour prendre la tête d’une coopérative portée par divers membres de la gauche dont la vice-présidente communiste du Conseil départemental Françoise Fiter.

Quant à l’ASPAHR, elle sera, jusqu’à la prochaine désignation, présidée par Philippe Poisse (aujourd’hui vice-président).

♦ Économie – Simply Market de la Fauceille vendu par Auchan à Lidl

Selon le magazine Capital, le géant de la grande distribution fait face à des difficultés. Depuis la fin du mois d’avril, Auchan avait annoncé la vente de 20 de ses magasins. À Perpignan, l’annonce de vente avait fait craindre que l’un des magasins les plus pourvoyeurs d’emplois privés du département change de main.

En fait, le supermarché concerné par la vente était le Simply market du chemin de la Fauceille et non l’hypermarché situé route d’Espagne. Le 18 juillet dernier, Auchan dévoilait que ce magasin serait bien racheté par le hardiscounter Lidl. Selon la direction de Auchan, “les 295 salariés [sur toute la France] de ces magasins seront majoritairement repris”. En revanche, à ce jour 10 des 20 magasins n’ont pas encore reçu d’offre de rachat. Ce qui rend incertain l’avenir des employés concernés.

♦ Météo – Canicule et incendies en ce mois de juillet

Alors que notre département est l’un des seuls à ne pas être classé en alerte orange ou rouge pour la canicule, il n’en demeure pas moins que les températures relevées sont élevées. Mais pas exceptionnelles pour les Pyrénées-Orientales (entre 28 et 32 degrés). Des conditions habituelles pour un mois de juillet en Pays Catalan.

En revanche, le risque d’incendie est lui bien plus élevé. La préfecture des Pyrénées-Orientales rappelle chaque jour la vigilance incendie. Cette dernière oscille entre orange et jaune selon les zones du territoire. Avec, à chaque couleur, ses précautions et/ou interdictions.

♦ Économie – Mon beau DAB (Distributeur Automatique de Billets)

Alors que, sur Internet, certains articles alarmistes font état d’une fin des espèces en France à compter de 2021, la banque de France publie un “état des lieux de l’accès au public des espèces en France”. Une étude qui rapporte, qu’en France, 98,9% de la population réside à moins de 15 minutes d’un des 53.000 distributeurs de l’hexagone. Soit 844 distributeurs automatiques de billets pour 1 million d’habitants. Un chiffre plus élevé que la moyenne de la zone euro (789), mais bien en deçà des 1.200 distributeurs portugais.

Notre département est, selon le rapport, bien équipé avec entre 78 et 100% des habitants qui résident à moins de 15 minutes en voiture d’un distributeur de billets. Même si le nombre de DAB diminue dans les Pyrénées-Orientales d’environ 5%, contrairement à la Haute-Corse qui gagne +10,9% de distributeurs. Cette hausse d’équipement n’est effective que dans 9 départements français.

Le rapport réalisé par le ministère de l’Économie fait état d’une baisse du nombre d’équipements entre 2015 et 2018 au niveau national. Il recense ainsi 198 communes qui ont perdu leur seul et unique DAB (1 seule commune concernée dans le département). Inversement, et sur la même période, 131 communes françaises ont vu apparaître un distributeur dans leur commune. Là aussi une commune du 66 est dans ce cas de figure.

♦ Sport – Recrutement exceptionnel pour les Dragons Catalans

James Maloney, le meneur de jeu australien, a signé à partir de la saison 2020. Agé de 33 ans, le demi d’ouverture de Penrith s’est engagé avec les Dragons pour les trois prochaines saisons et devient le premier ‘Marquee Player’ de l’histoire du club. Un palmarès hors norme : champion du monde, vainqueur de la NRL à deux reprises, vainqueur du Four Nations ou encore du World Club Challenge. Il a remporté ce mois-ci la série de State of Origin pour la deuxième fois de sa carrière.

James Maloney : « Je suis très heureux de rejoindre les Dragons Catalans. J’ai de très bonnes relations avec Steve McNamara et je suis impatient de jouer sous ses ordres et de connaître beaucoup de succès au club. J’ai suivi l’équipe lorsqu’elle a décroché la Challenge Cup l’an passé, j’ai trouvé cela extrêmement motivant et j’aimerais aider le club à ajouter d’autres trophées à son palmarès. Il me tarde maintenant de m’installer en France avec ma femme Jess et mes 4 enfants pour tout apprendre sur la culture française. »

Par ailleurs, le club a annoncé la prolongation de Samisoni Langi qui a signé un nouveau contrat de deux ans. Agé de 26 ans, le demi d’ouverture, également centre international tongien, est donc lié avec les Dragons Catalans jusqu’à la fin de la saison 2021.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Pole emploi - Pyrénées-Orientales
Article précédent

Chômage 2ème trimestre 2019 - Le nombre de chômeurs reste stable en Pays Catalan

Article suivant

Division autour de l'accord France / Canada - CETA en perdre son latin

ut sit dapibus venenatis, accumsan Donec