Immobilier l L’effet Covid sur les prix dans les Pyrénées-Orientales

Caixas

Depuis la crise sanitaire et son lot de confinement et autres couvre-feux, de nombreuses études et témoignages montrent que les acheteurs cherchent à améliorer leur cadre de vie. Certains territoires ont vu une réelle flambée des prix dans l’immobilier. Qu’en est-il dans les Pyrénées-Orientales ? Réponse de Maître Cristelle Canovas-Gadel, nouvelle présidente de la Chambre des notaires des Pyrénées-Orientales.

♦ Une hausse de 10% du prix des biens vendus dans l’ancien

Dans notre département, le volume des ventes immobilières sur un an, tous types de biens confondus a progressé de 9,8%. Une hausse bien supérieure à celle constatée au niveau national. En effet, en France métropolitaine hors Ile-de-France, la hausse est d’environ 6%. 

Pour Maître Cristelle Canovas-Gadel, il s’agit plus d’un effet de rattrapage sur les prix par rapport aux départements voisins. « Il ne faut pas oublier que notre département fait partie du pourtour Méditerranéen. Même si nous en sommes le parent pauvre. À mon avis, les prix ces dernières années étaient descendus vraiment trop bas si l’on compare à des départements comme l’Hérault« . 

L’étude des chiffres sur une plus longue période montre effectivement que si la hausse des prix est conséquente entre mai 2020 et juin 2021, sur les 10 dernières années, le prix de vente d’un apparemment ancien est même en légère baisse -(0,3%). « Sur les 10 dernières années, les prix ont dégringolé. C’est pour cela que cette augmentation est plus un effet de rattrapage qu’une réelle augmentation« .

Evolution du prix médian immobilière dans les Pyrénées-Orientales

♦ Est-ce lié au Covid ? Notre département serait-il devenu un havre pour les cadres en mal de nature ?

Il est vrai que nous avons tous, dans nos études respectives, quelques exemples de telétravailleurs qui veulent changer leur cadre de vie. La typologie des profils montre que ceux qui cherchent à s’installer dans le département sont des retraités, et pas les cadres de 40 ans ». Les 60 ans et plus sont à l’origine de 30% des transactions. Ils sont suivis par les 40 à 49 ans à 21%, puis par les 30 à 39 ans et les 50 à 59 ans, qui représentent chacun 20% des acheteurs. Les acquéreurs de 60 ans représentent jusqu’à 36% des acheteurs en Côte et plaine Roussillon et seulement 23% à Perpignan et 19% dans la 1ère Couronne. 

♦ Les prix de l’immobilier vont-ils continuer à grimper ?

Plusieurs facteurs sont à prendre en compte pour répondre à cette question, le prix et la disponibilité du foncier à bâtir, et le coût de la construction. « Les parcelles de terrain à bâtir dans des communes de périphérie bien desservies continuent à se vendre très rapidement malgré la hausse des prix. On observe un début de raréfaction de l’offre et une inquiétude s’est fait jour sur l’avenir des terrains à bâtir compte tenu des contraintes liées aux règles d’urbanisme et des plans de gestion des risques ». 

Pour la présidente des Notaires des Pyrénées-Orientales, il s’agit d’une problématique qui va se faire sentir dans les 2 à 3 prochaines années. Compte tenu de la baisse de la réserve foncière, le prix des terrains à bâtir pourrait subir une hausse. Dans les Pyrénées-Orientales, en 2021, le prix de vente médian des terrains à bâtir dans les Pyrénées-Orientales s’établit à 75.400€, stable sur un an. Mais en baisse de 4,9% par rapport au prix d’un terrain équivalent 10 ans en arrière. La conjonction de la hausse du prix des terrains, et du coût de la construction pourrait avoir une hausse mécanique des prix du bâti dans l’ancien.

♦ Vigilance sur la hausse des prix

Maître Cristelle Canovas-Gadel le précise dans son édito, les notaires restent vigilants quant à cette hausse des prix. « Si la tendance haussière des prix dans nos villes nous rapproche enfin de ceux pratiqués dans les départements voisins, elle doit nous rendre vigilants pour que l’évolution de notre marché n’échappe pas à ceux qui en sont originaires« . Même si pour le moment, la hausse des prix est compensée par des taux d’emprunts très bas et une capacité d’endettement plus longue. « À ce jour, le contexte reste favorable pour devenir propriétaire : les taux d’intérêt annoncés pour 2022 seront similaires à ceux que nous connaissons, et l’endettement maximal des ménages a été porté depuis décembre 2020 à 35% par la Banque Centrale Européenne ».

♦ Des disparités territoriales

À fin juin 2021, le marché des appartements anciens dans les Pyrénées-Orientales connaît une forte hausse des prix sur un an : +12,9%. Le prix au m2 médian atteint 1.980 €/m2. La hausse des prix est visible dans tous les secteurs, allant de +1,2% dans le Conflent Vallespir jusqu’à +14,7% dans la 1ère Couronne. La majorité des ventes sont enregistrées dans la Côte et plaine Roussillon et dans la préfecture, respectivement 45% et 36% des ventes.  Toutes les communes sont impactées par la hausse des prix, hormis à Sainte-Marie- la-Mer et à Amélie-les-Bains-Palalda. 

Quant à Perpignan, le prix médian du M2 est de 1.260€. Le quartier le plus cher de la ville est Saint-Gauderique, où il vous en coûtera 2.020M2 quand il ne vous faudra que 930€ pour acquérir 1M2 d’un appartement dans le quartier du Bas-Vernet Ouest. Même si, rappelle la présidente de la chambre des notaires, depuis la crise sanitaire, les acquéreurs recherchent encore plus qu’avant un petit pavillon avec extérieur.

// Pour aller plus loin :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances