L’Institut Jean Vigo rembobine la saison passée et projette sa rentrée 2021

  • par
  • Culture

Après une année bouleversée par la crise sanitaire, l‘Institut Jean Vigo dévoile en ce mois de rentrée son programme de la saison 2021/2022. L’occasion pour les amateurs de 7e art de découvrir la « bande-annonce » des projections et festivals organisés par la cinémathèque. Côté « Institut », Jean Vigo dresse également le bilan de l’année écoulée en termes de conservation du patrimoine cinématographique local, de préservation de collections d’affiches et d’actions pédagogiques. Silence plateau, moteur demandé, ça tourne, action !

♦ Les nouveautés de la rentrée

Depuis juin 2021, l’Institut Jean Vigo est dirigé par une nouvelle présidente, Chantal Marchon. Elle succède à Michel Cadé, à la tête de la cinémathèque depuis 2007. Passionnée de cinéma, Chantal Marchon réalise des documentaires et des courts-métrages avec ses élèves lycéens. Une fibre pour la transmission intergénérationnelle qu’elle cultive également à travers l’accompagnement de jeunes auteurs dans le développement de la production de leurs films. L’ex-responsable du ciné-club devenue présidente confie « des envies et des idées » et suggère l’organisation « de lectures, de compétitions, de formations« .

Julien Avet a souhaité revenir sur les nouveaux fonds qui ont rejoint les collections de l’Institut Jean Vigo. Le chargé des collections films évoque l’importance des films amateurs. Pour lui, « travailler sur des films amateurs permet de travailler avec les institutions qui ont un fonds films qui, parfois, n’est jamais exploité« . Il donne l’exemple de l’Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer qui a confié tous ses films et de la Fédération des œuvres laïques qui a cédé plus de 2.000 bobines. Julien Avet revient sur ce « plaisir de travailler sur des films rares qui traitent de sujets, eux aussi, rares« .

Autre nouveauté : le programme du cinéma. Jusqu’à présent trimestriel, il devient mensuel ; pour mieux « s’adapter au contexte actuel » selon Yves Chevaldonné, responsable de la programmation de cinéma, qui souhaite « rester prudent« . Le programme des prochaines semaines : l’agenda Jean Vigo.

♦ L’année 2020 : une année unique

Depuis l’ouverture de la cinémathèque en 1983, la saison 2020/2021 fut, de loin, la plus courte. La faute aux mesures sanitaires. Les programmes nationaux ont été suspendus et les restrictions gouvernementales ont eu un réel impact. Finalement, la saison a vraiment débuté en mai ; avec une jauge de spectateurs imposée dans les salles obscures. Il a fallu s’adapter à cette situation inédite.

Le public ne pouvant plus venir à la cinémathèque, c’est la cinémathèque qui s’invite chez le public !

Le jeune public a été privé de sorties scolaires et du programme national d’éducation. Pour que les enfants puissent tout de même profiter de l’univers cinématographique, les intervenants de la cinémathèque se sont déplacés dans les écoles, les collèges et les lycées. Initiation ou stop motion, au cours de la saison, pas moins de 21 ateliers ont été menés dans les écoles des Pyrénées-Orientales. Maëlle Rouifed a pu collaborer pour une série de ciné-concerts destinés aux tout-petits. Entre février et juin 2020, 25 ciné-concerts ont eu lieu dans les crèches et les maternelles de la ville de Perpignan.

♦ Durant les confinements, la cinémathèque a souhaité maintenir un lien avec son public

Tous les samedis, la cinémathèque organisait des séances en ligne Mais c’est filmé où ? Les spectateurs avaient pour mission d’identifier l’époque ou le lieu montré à l’écran. Ces séances participatives ont fait avancer le travail d’identification des films.

Tous les vendredis, les programmateurs ont eu l’occasion de partager leur coup de cœur cinéma lors de séances au format WebTV. Également sous forme de rendez-vous hebdomadaire, le chargé des collections de la cinémathèque présentait et commentait en direct un film.

Le public a pu profiter de 10 séances en ligne, gratuites, présentées par les réalisateurs et différents intervenants. La volonté de cinémathèque était de proposer des films peu vus et ancrés dans le territoire. Cette opération a été un véritable succès puisque près de 350 spectateurs ont assisté à la projection d’Aqui y Alli.

Durant 4 mardis de l’été, les Perpignanais et les touristes ont pu assister à des projections en plein air à l’Arsenal. 130 personnes étaient présentes en moyenne à chaque séance. L’obligation du pass sanitaire a eu un impact certain puisqu’il a fait chuter la fréquentation de près de 40% par rapport à l’année 2020.

Des spectateurs regardent un film durant une projection en plein air. Photographie de Stephane Ferrer Yulianti.
Des spectateurs regardent un film durant une projection en plein air. Photographie de Stephane Ferrer Yulianti.

♦ Exposition Yves Thos, Festival Confrontation, les projets de la saison 2021/2022

Après le Carré D’Art de Nîmes, la Fondation Pathé-Seydoux de Paris, la Halle Tropisme à Montpellier, le Couvent des Minimes de Perpignan accueillera l’exposition consacrée à Yves Thos à partir du 5 novembre. Une occasion unique de découvrir le travail de l’artiste considéré comme l’un des derniers affichistes classiques. Pour Michel Cadé cette exposition revient sur « une personnalité forte, avec un style d’affiche qui n’existe plus« . L’ancien directeur de la cinémathèque de préciser que c’est à Perpignan que l’exposition itinérante sera la plus riche.

Initialement prévu en mars 2019 et annulé à quelques jours de son lancement pour cause de confinement, puis reporté à plusieurs reprises, le Festival Confrontation se tiendra du 23 au 28 novembre de cette année au cinéma Le Castillet.

Le sujet reste « L’Histoire du temps présent, 1980-2020 ». La programmation sera légèrement modifiée pour correspondre aux derniers événements.

♦ Un mois de rentrée marqué par les retrouvailles

Après la soirée d’ouverture du 10 septembre, l’Institut Jean Vigo organise un ciné-concert le 28 septembre. Le film présenté, considéré comme un chef-d’œuvre du cinéma muet soviétique, est La Nouvelle Babylone de Grigori Kozintsev. La séance sera précédée d’une conférence de Jérôme Quaretti ayant pour thème « 1871 : La Commune de Paris… à Perpignan ! ».

Le 30 septembre, Jacques Weber profitera de sa venue au théâtre de l’Archipel à Perpignan pour parler de l’une de ses expériences filmiques avec le public. Durant deux mois, il s’est rendu au Liban pour tourner La vie suspendue de Jocelyne Saab. Il profitera de cette rencontre pour dédicacer son livre Paris-Beyrouth.

Yves Chevaldonné évoque aussi le festival Court Circuit qui s’achèvera le 24 septembre. Il revient également sur les différents partenariats et les rencontres qui rythmeront ce mois de septembre. Le cycle Revoir Abbas Kiarostami permettra de « lancer la saison« . La cinémathèque ne déroge pas à ses habitudes de consacrer plusieurs séances à un thème ou un réalisateur.

La vie suspendue avec Jacques Weber – Rencontre le 30 septembre.

// L’institut Jean Vigo dans nos précédents articles :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances