Jean Vigo | Le cinéma en plein air revient cet été dans les Pyrénées-Orientales

Comme l’année dernière, après des mois de fermeture, les cinémas ont pu rouvrir leurs portes au public après un protocole sanitaire très strict le 19 mai 2021. Mais, après plusieurs semaines passées sous confinement et couvre-feu, les envies d’évasion sont très présentes. Comme tous les étés depuis plusieurs années, l’Institut Jean Vigo de Perpignan a prévu des séances de cinéma en plein air. Une programmation riche pour profiter au mieux de ces soirs d’été.

 L’Institut Jean Vigo, un classique du cinéma en plein air

L’année dernière, l’Institut Jean Vigo avait proposé au public 4 séances en plein air. L’idée était de créer un moment de convivialité, après la période de confinement. Canapés et transats étaient installés et les spectateurs avaient la possibilité de boire et manger avant le début de la séance. L’opération fut un véritable succès puisque chaque séance a réuni près de 250 spectateurs séduits par le plein air. Une solution pour regarder un film en période de crise sanitaire. Ces séances sont l’occasion pour l’Institut d’affirmer sa volonté « de s’adresser à un public large« .

Des mardis à l’ambiance guinguette… Les projections organisées par l’Institut Jean Vigo auront lieu à l’Arsenal de Perpignan. Pour y assister, le public devra débourser 5€. Dans la cour, ambiance détente avec écran géant, transats, musique, pop corn et glaces. À 20h, la guinguette de l’Arsenal sera accessible avec au programme diverses expositions, un petit marché vintage composé de plusieurs stands, des ateliers pour les enfants, la présence de food trucks, une braderie d’affiches de films et d’autres animations. Les 250 spectateurs auront donc de quoi faire avant le lancement du film à 21h30.

 Hier et aujourd’hui, le cinéma en plein air dans les Pyrénées-Orientales

Jacques Verdier, programmateur à l’Institut Jean Vigo, nous évoquait l’an dernier l’histoire de ce cinéma bien particulier. « Le cinéma en plein air que l’on connaît est lié au début de l’Histoire du cinéma. Au début, le cinéma était présenté dans des baraques de foire qui se déplaçaient dans les villages. Pour l’Histoire locale, c’est la famille Font, qui possède les cinémas Castillet et Mega Castillet aujourd’hui, qui diffusait des films dans les allées depuis une baraque en bois, les cours ou places de village ; et ce, avant le premier cinéma de Perpignan en 1911. On tendait un drap, les gens ramenaient leurs chaises.« 

« Le Drive In, lui, est apparu dans les années 1950 aux Etats Unis car c’est essentiellement un phénomène Américain. En France, la mode apparait un peu plus tard ; avant de disparaître dans les années 70, début 80.« 

« Dans le département des Pyrénées Orientales, on comptait deux Ciné Drive In, l’un au Mas Sabol à Bages et l’autre au Vert Vallon à Canet. C’était l’époque de l’automobile reine, où l’on prenait la voiture pour un rien. L’essence ne coûtait pas cher, pour la drague c’était impeccable. Aujourd’hui, le phénomène renaît avec les mesures barrières dues au Covid, mais l’époque n’est plus la même. »

Photos © Institut Jean Vigo

 Une programmation familiale

La volonté est de proposer au public des films qui s’adressent aux familles, avec des films récents et classiques. La première séance aura lieu le 13 juillet. C’est le film Un américain à Paris qui sera diffusé. Avant de plonger dans l’univers de Vincente Minelli, les spectateurs pourront se divertir avec une borne d’arcade vintage et découvrir l’exposition de Marion Minot. Pendant ce temps, les plus petits seront encadrés par les membres du CEMEA.

La semaine suivante, place à un film d’animation japonais, Le garçon et la bête de Mamoru Hosoda. Pour l’occasion, un stand de vente de mangas et d’œuvres de littérature japonaise sera installé. Le 27 juillet, les spectateurs assisteront à la projection d’un classique de Skipe Lee, Do the Right Thing.

La première séance du mois d’août mettra en lumière Marilyn Monroe avec Bus Stop de Joshua Logan. Peu connu en France, ce film marque pourtant un tournant dans la carrière de l’actrice. Le 10 août, hommage au cinéma coréen de Bong Joon-ho avec Snowpiercer. Une vente de mangas et de BD coréennes sera assurée. La semaine suivante, c’est un classique du cinéma italien qui sera diffusé, La planète des vampires de Mario Brava. Cette nouvelle saison du cinéma en plein air s’achèvera le 24 août avec la projection de Docteur Folamour de Stanley Kubrick. Pour ces deux dernières soirées, une animation « La Maison virtuelle de l’horreur » par FUTUR sera accessible au tarif de 5€.

Avant de visionner ces films cultes, le public pourra découvrir un avant-programme à l’ancienne composé d’images du vieux Perpignan et de la région, issues des collections Mémoire filmique de l’Institut, ainsi que d’autres surprises. La convivialité sera donc bien présente, malgré les restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19.

 Les autres cinémas de plein air dans les Pyrénées-Orientales

L’Institut Jean Vigo ne sera pas le seul à organiser des séances de cinéma en plein air dans le département. Chaque été, le réseau Cinémaginaire installe des transats et des chaises dans différentes villes pour profiter d’une toile sous les étoiles. Il y a fort à parier que les spectateurs seront de nouveau au rendez-vous cette année. Des séances de cinéma d’été seront également organisées plusieurs soirs par semaine, à Saint-Cyprien, durant tout l’été.

// À la découverte de l’Institut Jean Vigo et du cinéma :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances