fbpx
Aller au contenu

Les 2 Rives à Perpignan, quand le collectif devient plus fort

LES DEUX RIVES PERPIGNAN

Article mis à jour le 25 février 2024 à 09:01

Depuis deux ans, le partage est le maître mot à l’association les 2 Rives, qu’il soit de compétences, de locaux ou de matériels. De ces mises en commun naissent une nouvelle économie, des micro-projets et de la création artistique ou artisanale.

Selon Jean-Michel Gallet, coordinateur de la structure, «l’association Les 2 Rives hybride les gens et les compétences.» Mais concrètement, il ressemble à quoi ce mélange ? Rencontre avec Jean-Michel, Delphine, Paul et Joanna, en plein cœur du quartier Saint-Jacques, à Perpignan.

Autour de la table ce vendredi de fin novembre, Delphine, Myriam et même Jean-Michel pratiquent le crochet. En guise de laine, des bandes réalisées en découpant des sacs plastiques. Entre fous rires et comptage de mailles, la mayonnaise prend et les échanges se font fluides. Au-delà d’un atelier de couture ou de crochet, l’activité est surtout un prétexte à la rencontre et au partage.

Cinq lieux à Perpignan comme une synergie proposée par les 2 Rives

Les 2 Rives, s’étalent sur cinq locaux, un sur l’avenue de la gare et 4 sur le quartier Saint-Jacques. Près de la gare, Joanna Riéra recycle des ordinateurs. Pour lutter contre la fracture numérique, elle propose du matériel remis à neuf dès 50 euros.

Dans le quartier Saint-Jacques, les locaux des 2 Rives occupent des lieux stratégiques. Sur la place de la Révolution Française sont organisés des ateliers de couture. À la croisée d’un des quartiers les plus pauvres de France et l’hypercentre de Perpignan, où des hôtels particuliers sont occupés par des familles aisées, Jean-Michel confie amusé, «ici les gens se rencontrent même s’ils ne le veulent pas.»

Jean-Michel Gallet, coordinateur de l’association Les 2 Rives.

À quelques pas du local dit de « production » où Myriam organise ses ateliers de couture, un autre lieu tout aussi confidentiel, accueille les demandes administratives. «Ici nous recevons les personnes qui ont besoin de monter un dossier. D’ailleurs nous avons signé une convention avec une greffière qui pourra aider certains à résoudre leurs problèmes avec les administrations.»

Un peu plus haut en remontrant vers le quartier Saint-Jacques, 4 rue de l’Anguille, Paul le luthier attend sur le pas de son atelier de 14M2. L’antre où ce passionné de musique et de bois fait des miracles avec quelques chutes de bois et une grande passion.

Parmi les piliers fondateurs des 2 Rives, la photographie via le sténopé

Non loin de là et à proximité de la Place du Puig, cœur du quartier Saint-Jacques, se trouve le labo argentique. La photographie et la technique originale du sténopé font partie des fondations des 2 Rives. Quésaco, le sténopé ? Selon l’encyclopédie collaborative, le sténopé est un dispositif optique très simple permettant d’obtenir un appareil photographique dérivé de la chambre noire. Il s’agit d’un trou de très faible diamètre percé dans une plaque de très faible épaisseur.

Face à nos yeux ronds emplis d’incompréhension, Jean-Michel nous montre une boîte de thé carré en fer. En y regardant de plus près, sur l’une de ses faces, un tout petit trou est perceptible. La lumière rentre par cet orifice minuscule et sur la surface opposée vient se former l’image inversée de la réalité extérieure. Il est possible de l’observer mais aussi de capturer cette image via un support photographique.

«Il y a 30 ans, j’étais au ministère de la culture et je cherchais un moyen pour que les gens, même sans savoir lire ou écrire, racontent des histoires. J’ai donc organisé des ateliers de sténopé dans toute la France. Aujourd’hui, ces boîtes à thé font le tour du monde, en Afrique, dans les Balkans», confie Jean-Michel pas peu fier de ce dispositif.

À Perpignan, les enfants de l’école de la Miranda et du collège Jean Moulin ont déjà expérimenté la technique. Quelques-unes de leurs photographies ont fait l’objet d’une exposition en marge du festival Visa pour l’Image.

Les membres des 2 Rives fourmillent d’idées et d’envie de partenariats. Parmi les dernières collaborations, celle avec le Foyer laïque du Vernet où les 2 Rives réalisent un calendrier où est compilée l’histoire de chacune des écoles de la cité éducative. Quant aux jeunes du lycée Joan Miro, ils réaménagent le Canal royal de Perpignan. Sans oublier, les étudiants en urbanisme de l’université de Perpignan. Avec l’association, ils travaillent sur un projet de reconversion de deux friches à Villefranche de Conflent.

Les 2 Rives, des lieux, mais aussi des passions qui fondent des rencontres 

Parmi les fondateurs des 2 Rives, le duo Ben & Sarah, Paul travaillant le bois, et Joanna qui désosse les ordinateurs pour les rénover. Tous ces talents se sont réunis pour former les 2 Rives et démultiplier les actions. Récemment, dans le cadre d’un travail sur la lumière, Paul organisait avec les touts petits de l’école La Miranda un atelier bois. «Ensemble, ils ont fabriqué un vitrail inspiré par Soulages et une lettrine au nom de l’école (panneau lumineux en bois) qui sera accrochée dans l’entrée de l’école. Ces réalisations ont été exposées lors d’Expo-Art. Ils ont également mis en œuvre sous l’inspiration des enfants, des jeux de société en bois pour la Ludothèque.»

Les actions concrètes des 2 Rives sont nombreuses, elles visent à réunir des publics différents pour qu’ils fassent de la photo, du dessin ou de la couture. «Ils vont acquérir ou développer de nouvelles compétences et parfois nous les accompagnons quand ils lancent leur propre projet.» Mais attention, il s’agit aussi de mêler les publics différents. «Nous voulons réunir aussi bien des personnes déscolarisées que des ingénieurs en informatique.»

Selon Jean-Michel, l’objectif est de réunir des personnes d’horizons variés autour d’une ou plusieurs activités permettant l’échange. Les fondateurs ont décidé de mêler leurs compétences pour monter des projets originaux pour une population toute aussi diverse. Comme une hybridation d’activités autour de projets communs.

Construction de meubles pour la Miranda ou atelier manga avec Enzo

Après l’enseigne en bois et verre, le prochain atelier des enfants de La Miranda va permettre de créer du mobilier en bois. Paul et les 2 Rives vont mettre en commun leurs compétences pour que ces enfants créent en façonnent le bois.

Prochain projet ? Ce sera avec l’école de la 2e chance. «Avec ces jeunes, nous allons organiser plusieurs ateliers, couture, bois, photo, un FabLab, du dessin et du design. À la fin, l’objectif est de réunir tout leur travail au sein d’un carnet.» explique Jean-Michel. Un atelier manga sera organisé par Enzo en service civique. «Mon rôle est d’aider qui en a besoin. Je porte aussi un atelier manga avec plusieurs jeunes. Parmi lesquels certains vont à l’école, d’autres pas, ou qui reprendront plus tard», confie le jeune homme.

Aux 2 Rives, pas de jugement, mais bien une volonté de fabriquer des territoires plus accueillants où dialogue et échange balaieront préjugés et méfiance.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances