Petits écrans | “Bouche cousue”, la parole est aux enfants victimes de violences

Bouche cousue de Karine Dusfour © 416 Prod

Après une première diffusion en 2020, le documentaire Bouche cousue de Karine Dusfour, a été rediffusé ce 3 août sur France 2. La réalisatrice a suivi les audiences du juge Édouard Durand, du tribunal pour enfants de Bobigny. Le documentaire interroge sur le silence de notre société sur les violences faites aux enfants. Bouche cousue fait partie de la série “L’Enfance avant tout” présenté sur les écrans de France Télévisions durant l’été 2021.

♦ Bouche cousue – Le Synopsis

L’enfant qui subit des violences intrafamiliales se tait. Il cache ses blessures et ne demande pas d’aide. Mais grandir la peur au ventre fait de lui un enfant à part et un adulte différent. En posant la caméra dans le bureau d’un juge des enfants et en donnant la parole à des enfants devenus adultes, le film propose de décrypter les rouages de cette violence familiale cachée.

♦ Une immersion dans le bureau du juge

Le Juge accueille dans son bureau des enfants victimes de violences physiques, psychologiques ou qui sont en danger en restant auprès de leur famille. L’occasion de rappeler qu’en France, 1 enfant meurt tous les 4 jours sous le coups de ses parents. Au début du documentaire, Edouard Durand dit à une enfant qui a subi des violences physiques que “personne n’a le droit d’être violent avec toi, parce que c’est la loi“. Une façon pour le Juge de mettre en confiance les enfants qui rappelle “qu’il y a un grand interdit qui est la violence“.

Le Juge reçoit également des enfants d’ores et déjà placés avec leur famille d’accueil. Lorsqu’il demande à une petite fille, prise en charge par les services de l’Aide Sociale à l’Enfance, comment elle se sent et comment elle vit cette situation, celle-ci répond “ça me rend un peu triste de ne pas voir mes parents tous les jours comme tous les enfants“.

Le juge pour enfants Edouard Durand © 416 Prod
Le juge pour enfants Edouard Durand © 416 Prod

♦ Des témoignages bouleversants

3 adultes ont accepté de témoigner dans Bouche cousue : Céline Raphaël, Gautier et Thierry Beccaro. Céline est la première à livrer son histoire. Elle raconte qu’elle avait un père violent qui la forçait à faire du piano plusieurs dizaines d’heures par semaine. Les premiers coups sont tombés lorsqu’elle avait 4 ans, à chaque erreur commise au piano. Elle confie avoir également connu la privation de nourriture et déclare “mon père a toujours eu une violence très contrôlée“. Pour elle, “tout se faisait dans le silence“. À bouche cousue donc.

Céline Raphaël © 416 Prod
Céline Raphaël © 416 Prod

Elle continue “quelque part on veut que quelqu’un nous remarque mais on ne veut pas être celui par qui le drame arrive, ce qui est paradoxal“. En témoignant, elle semble prendre conscience de son histoire, et confie c’est une réalité, on peut mourir“. Lorsque les violences ont été constatées, Céline a été retirée à ses parents. À ce sujet, elle déclare “sans hésitation, le lien parental doit être coupé, au moins temporairement, c’était impossible de me laisser à la maison, le placement a été vital“. Elle poursuit “ça m’a redonné une personnalité, j’étais moi“. Toutefois, elle avoue avoir eu peur de la réaction de sa famille de sa “délation”.

Gautier a été placé de ses 2 mois jusqu’à ses 18 ans. Il a connu 15 lieux différents. Il déclare “on vous place comme une chose” ; se sentant ainsi trimbalé de gauche à droite. Avec son dossier dans les mains, il confie “c’est mon histoire vue de l’ASE“. Il lit avec le sourire les annotations des médecins et des psychologues même s’il comprend que les seuls souvenirs de son enfance sont dans ce dossier.

Gautier © 416 Prod
Gautier © 416 Prod

♦ Thierry Beccaro, un enfant en danger

L’animateur Thierry Beccaro, a lui aussi, connu la violence parentale. Il livre son histoire dans Bouche cousue. Il confie “dans ma tête, je suis mort plusieurs fois” et déclare aussi “qu’un enfant n’a pas la structure psychologique pour comprendre ce qu’il se passe” car “un enfant ça protège ses parents“. Thierry Beccaro raconte la fois où son père est arrivé avec un fusil dans le but de tuer sa mère. Pour lui, il faut beaucoup de courage pour témoigner mais c’est utile pour aller mieux.

Thierry Beccaro © 416 Prod
Thierry Beccaro © 416 Prod

Une vie marquée à jamais… Les 3 adultes tirent des conclusions parfois différentes sur leur enfance brisée par la maltraitance.

Céline dit “j’ai des séquelles mais je fais en sorte qu’elles ne pourrissent pas trop ma vie“. Elle poursuit “le silence m’angoisse“. Celle qui s’est tu pendant de nombreuses années semble aujourd’hui avoir besoin de parler.

Gautier confie “j’aimerais ma maman jusqu’à la fin de mes jours même si elle a été parfois terrible“. Il continue “je devrais honorer l’administration jusqu’à la fin de mes jours“.

Enfin, Thierry Beccaro déclare “on est marqué physiquement par la violence, mais c’est la violence psychologique qui va rester“. Il encourage donc les enfants et les adultes à parler. Mais il insiste aussi sur le fait qu’il faut être écouté.

♦ Pourquoi la rédaction vous le conseille ?

Bouche cousue souhaite avant tout donner la parole aux enfants, mais également aux adultes qui ont été victimes de violences en étant enfant. Les enfants se confient au juge tandis que les adultes témoignent simplement et se livrent face caméra. Chacun a une histoire différente qu’il raconte avec ses mots. documentaire aide également à comprendre pourquoi un enfant ne parle pas, et pourquoi il est dangereux d’attendre qu’il le fasse de lui-même.

♦ Ils font l’actualité des documentaires…

Tokyo, Jeux interdits, réalisé par les journalistes Ben Barnier, Chris Kenck et Harold Horoks, dans lequel quatre athlètes racontent les coulisses de cet évènement mondial.

// Envie de découvrir d’autres documentaires ?

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances