24/08/2020, Perpignan, France, signalisation port du marque obligatoire © Arnaud Le Vu / MiP

Chômage, rentrée scolaire, rugby et Festival Off sous Covid-19 | Débriefe moi la semaine

LECTURE

La Covid-19 s’installe dans la vie quotidienne des habitants des Pyrénées-Orientales ; du chômage à la rentrée scolaire, en passant par la difficile reprise des championnats de rugby. Les festivals de la quinzaine à venir, comme Visa pour l’image et le Festival Off, apportent temporairement un semblant de “vie d’avant”.

Nos articles de la semaine :

♦ Chômage, les chiffres du mois de juillet 2020

À la fin du mois de juillet 2020, les services de Pôle Emploi comptabilisent 57.570 demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi ; soit une hausse de 3,2% par rapport à juillet 2019 pour les Pyrénées-Orientales. Sur la catégorie de référence (A), le nombre de demandeurs d’emploi repasse en dessous de la barre symbolique des 40.000 chômeurs. Avec 39.100 chômeurs à fin juillet, cette catégorie marque une hausse significative ; presque +8% par rapport à la même période de 2019.

Les plus touchés par la crise économique et de l’emploi sont les moins de 25 ans. Dans les Pyrénées-Orientales, ils sont 5.530 à chercher un emploi ; un chiffre en hausse de 13,3% par rapport à 2019. Malgré les dispositifs d’aide à l’embauche des jeunes, l’incertitude liée à la crise sanitaire rend frileux les employeurs potentiels.

Selon la Banque de France, même si les carnets de commandes se sont remplis durant le 2e trimestre, l’impact sur l’emploi tarde à venir. D’après l’institution, la légère reprise économique ressentie au 2e trimestre, pourrait avoir un effet positif sur l’emploi au 3e trimestre.

En Occitanie, près de 400.000 personnes recherchent un emploi dans la catégorie A ; soit une hausse de 10,6% par rapport à 2019. Une hausse notable, mais moins importante que celle au niveau national. En effet, à fin juillet 2020, la France métropolitaine compte près de 3,8 millions de chômeurs, soit une hausse de 12,3% par rapport à 2019.

Le département des Pyrénées-Orientales est le 4e département de la région Occitanie en termes de chômeurs de la catégorie A ; derrière, l’Hérault, la Haute-Garonne et le Gard.

♦ Dragons Catalans et USAP, l’impossible reprise des championnats

La crise du Covid-19 a de nombreuses conséquences sur le retour des compétitions sportives. Dans notre département, ce sont les deux clubs de rugby qui alternent reports, annulations et matchs parfois sans public.

Dernières déconvenues en date, le match amical USAP vs Carcassonne qui devait se tenir ce mercredi a été annulé pour la seconde fois. Malgré l’absence de symptômes, l’un des joueurs de l’USAP a été testé positif au Covid-19 et placé en quatorzaine. De ce fait, l’équipe va poursuivre l’entraînement par petits groupes afin de minimiser les risques de propagation du virus. L’ensemble des joueurs et du staff seront à nouveau testés. Dans la mesure où ceux-ci seraient négatifs, la première journée de Pro D2 contre Biarritz ne serait pas menacée.

Pour les Dragons Catalans, la problématique est la même. L’annonce de tests positifs parmi l’effectif des Dragons a provoqué l’annulation de la rencontre prévue en Angleterre contre Wigan. Et le match à domicile contre Leeds, initialement prévu le lundi 7 septembre, se voit reporté. “L’ensemble du groupe catalan a été placé en isolement dès réception des tests positifs” précise le club de rugby à XIII.

♦ La Région et le Département distribuent des masques gratuits aux collégiens et lycéens 

À quelques jours de la rentrée scolaire, la polémique sur la dotation des masques aux élèves ne cesse d’enfler ; le Ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer assimilant le masque à une fourniture scolaire au même titre qu’une trousse ou un cahier. Arguant de la hausse de l’allocation de rentrée scolaire revalorisée de 100€ pour les familles modestes, le Ministre campe sur ses positions ; refusant de fournir des masques aux élèves. Dès l’âge de 11 ans, les élèves devront porter leur masque dans tous les lieux ouverts ou fermés de leur établissement scolaire.

Dès lors certains présidents de Région, dont Carole Delga, ont fait le choix politique de fournir des masques lavables. Pour l’Occitanie, ils seront au nombre de deux par mois ; et pour chacun des 270.000 lycéens et apprentis de la Région Occitanie ; ce qui, selon la présidente socialiste, représente un budget de 550.000€ mensuel. Les jeunes ou leur famille peuvent d’ores et déjà récupérer les masques dans leur lycée. Pour la Présidente de la Région, il s’agit d’une mesure de justice sociale.

Par ailleurs dans les Pyrénées-Orientales, le Conseil Départemental, en charge des collèges, a également décidé de doter les 23.500 collégiens de deux masques lavables. La Présidence du Conseil Départemental précise : “Nous intervenons concrètement pour la sécurité sanitaire des 23.500 collégiens des Pyrénées- Orientales. Ce n’est pas aux familles de supporter ce coût. L’accès aux masques, gratuit et universel, doit être garanti. Encore une fois, les collectivités territoriales se substituent à l’État. »

♦ Le Festival Off de photographie amateur affiche 80 expositions à Perpignan

Organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pyrénées-Orientales, le Festival Off se tient du 29 août au 12 septembre à Perpignan. L’édition 2020 du festival de photographie a dû s’adapter aux contraintes sanitaires liées au Coronavirus. Cette année, 80 photographes amateurs afficheront leur série de clichés dans les commerces et institutions de Perpignan ; une ville qui accueille également le festival international de photojournalisme Visa pour l’image sur cette quinzaine.

Traditionnellement, le festival de photographie amateur de Perpignan est parrainé par des personnalités ; parfois non photographes, mais toujours exaltées par la pratique. L’animateur d’émissions d’aventure Denis Brogniard sera le parrain de l’édition 2020. Ce passionné de photographies exposera ses instantanés à la Loge de Mer. Il succède à Annie Duperey, marraine en 2019.

Quant au photographe invité d’honneur, il s’agit de François Pugnet“Après avoir collaboré avec le magazine Actuel et réalisé de nombreuses jaquettes de disques, François Pugnet a intégré l’agence de presse Kipa à la fin des années 80. Aujourd’hui, il est membre du collectif Sygma Initiatives, distribué par l’agence Corbis”.

♦ Le saviez-vous ? Nourrir les poissons avec du pain peut perturber leur flottabilité

C’est une information diffusée par le Parc naturel marin du golfe du Lion. Étendu sur 4.000 M2 d’espace marin, 100 kilomètres de côtes linéaires et 12 communes, le Parc naturel recense pas moins de 1.200 espaces animales. Les spécialistes du parc alertent sur les risques du nourrissage des poissons avec de la nourriture non appropriée (pain, biscuits, chips, restes divers…).

Pascal Romans, conservateur du Biodiversarium de Banyuls-sur-Mer confie : “Les poissons marins méditerranéens, pour la plupart, se nourrissent de petits animaux (vers, mollusques, crustacés, autres poissons, etc.), leur système digestif et plus généralement leur métabolisme, n’est pas du tout adapté à consommer des nourritures grasses et riches en sucres comme le pain, les chips ou autres biscuits”.

Outre le risque évoqué par le spécialiste que les poissons ainsi nourris se détournent “de leurs sources d’alimentation habituelles”, il évoque le fait que les poissons “vont rapidement stocker des graisses, en particulier au niveau de leur foie”. Ces graisses peuvent aussi avoir un impact sur les organes reproducteurs.

Autre inconvénient : la taille du tube digestif relativement court des poissons méditerranéens non adapté pour dégrader de l’amidon du pain.

“La consommation de pain […] va donc entraîner une fermentation intestinale qui, par voie de conséquence, va déséquilibrer la flottabilité des poissons. Les poissons qui régulent de manière précise leur position dans la colonne d’eau via une vésicule remplie de gaz appelée la vessie natatoire, vont donc se retrouver dans une situation où leur flottabilité sera excessive durant quelques heures, au cours desquelles ils vont devoir lutter pour ne pas remonter systématiquement en surface où ils seraient à la merci des oiseaux marins par exemple”.

Le nourrissage de la main de l’homme incite également les poissons à se rapprocher des embarcations et des risques afférents. Le chercheur de conclure : “la mer n’est pas un aquarium, et les poissons se débrouillent parfaitement pour se nourrir… sans nous !

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances