Les élections des 20 et 27 juin pour les nuls | Tout savoir des scrutins, assemblées et candidats

Elections municipales 1er tour Perpignan Illustrations © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Les modes de scrutin, les assemblées départementales et régionales, leurs compétences ; notre retour du terrain semble montrer que beaucoup d’électeurs sont confus. Nous allons tenter de remettre de la clarté sur ces élections et en profiter pour refaire un point sur les candidats.

Élection de binômes par canton pour les conseillers départementaux, scrutin de liste dans chaque département pour faire élire le Président (ou la Présidente) de la  Région Occitanie. Qui peut prétendre être au second tour ? Quelle assemblée gère quoi et avec quel budget ? Décryptage et éclairage.

♦ Le mode de scrutin pour l’élection départementale.

Les Pyrénées-Orientales comptent 17 cantons. Pour chacun de ces cantons, un binôme composé d’un homme et d’une femme sera élu au soir du second tour. Ces 34 conseillers (17 X 2) siègeront à l’assemblée départementale et éliront le président (ou la présidente) du Conseil départemental. Ce qu’on appelle communément le 3e tour.

Pour le premier tour de scrutin du 20 juin, selon les cantons, se présentent devant les électeurs entre 4 et 7 binômes et leurs suppléants. Certains sont dits “indépendants” ; d’autres sont soutenus par des partis, ou des coalitions de partis aux bannières distinctes.

Pour être qualifié pour le second tour de scrutin, les candidats devront recueillir 12,5% des inscrits. Soit compte tenu de l’abstention – qui pourrait s’élever à 50% – plus d’un quart des votants. Ce qui laisse présager plus de duels que de triangulaires.

♦ Les formations candidates au Conseil départemental des Pyrénées-Orientales.

  • La majorité sortante de gauche affiche le slogan : “Mon département en commun.
  • La maxime de la France Insoumise est “Pour des Pyrénées-Orientales populaires”.
  • La droite et le centre veulent aller, comme Pierre de Coubertin, Plus fOrts ensemble.
  • Le rassemblement ambitionne Les PO en Grand” .
  • Agissons et Oui au Pays Catalan présentent 17 binômes : “Le Pays Catalan, c’est vous”.
  • Les écologistes, dont Europe Ecologie Les Verts, Génération.S : “Pays Catalan naturellement”.

Pour plus de détails, notre article est à votre disposition : Départementales | Découvrez les candidats des 17 cantons des Pyrénées-Orientales.

♦ Le mode de scrutin pour l’élection régionale.

L’élection des conseils régionaux est un scrutin de liste : c’est-à-dire que chacun des candidats qui ambitionne de devenir président de la Région Occitanie monte 13 listes ; une par département. Chaque liste compte un nombre d’élus proportionnel au nombre d’habitants du département. Les listes aux régionales dans les Pyrénées-Orientales comptent 15 membres ; contre 4 seulement pour la Lozère. À ce jour, le Conseil régional compte 158 sièges.

Au premier tour, les électeurs votent pour les listes portées par le candidat à la Région. Les listes qui recueillent plus de 10% peuvent se maintenir pour le second tour. Quand il faut au moins 5% des suffrages pour espérer faire une fusion de listes entre le 1er et le 2ème tour de l’élection. L’attribution des sièges a lieu au premier tour si une liste recueille plus de 50 % des suffrages exprimés, sinon elle a lieu au second tour.

Le nombre de sièges attribués à chaque liste est calculé au niveau de la région. Mais, au sein de chaque liste, les sièges sont attribués par sections départementales en fonction des suffrages obtenus par la liste dans chaque département.

♦ Les candidats au Conseil régional d’Occitanie.

Qui sont les candidats à la présidence de la Région ? Ces derniers ont jusqu’au 17 mai pour déposer leurs listes. Par ordre alphabétique, sont déjà connus :

  • Malena Abrada est la tête de liste de Lutte Ouvrière. Dans les Pyrénées-Orientales, la représentante de la liste est Pascale Advenard.
  • Jean-Luc Davezac pour Bastir Occitanie 20211. C’est Solange Nadal qui porte la section départementale de cette liste.
  • La liste citoyenne “Union essentielle” est portée par Anthony Le Boursicaud.
  • Carole Delga pour la gauche sortante, “L’Occitanie en commun”. Dans les Pyrénées-Orientales, c’est Agnès Langevine qui défend les couleurs de la présidente sortante.
  • Jean-Paul Garraud, député européen pour le RN “Rassemblement l’Occitanie”. C’est Xavier Baudry, militant historique du Rassemblement National qui défend les couleurs du parti à la flamme.
  • Myriam Martin pour La France Insoumise. Josie Boucher porte la section départementale de “Occitanie Populaire”.
  • Antoine Maurice pour EELV, “L’Occitanie naturellement”. C’est Nicolas Berjoan qui porte sa liste dans les Pyrénées-Orientales
  • Aurélien Pradié, député Les Républicains, affiche “Du courage pour l’Occitanie”. C’est Stéphane Loda, maire LR de Canet-en-Roussillon qui porte la liste dans les Pyrénées-Orientales.
  • Vincent Terrail-Novés a le soutien de La République En Marche. Au niveau des Pyrénées-Orientales, c’est Frédérique Lis – référente locale En Marche – qui porte la liste “Nouvel élan pour l’Occitanie”.

♦ Les compétences du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales.

La première et la plus importante des missions du Conseil départemental est celle de la solidarité. On dit du département qu’il est le chef de file en matière de social. Versement du RSA (Revenu social d’activité), de l’APA pour les personnes âgées, de l’AAH pour les personnes victimes de handicap, de la protection de l’enfance et du placement des mineurs.

Le Conseil départemental a aussi en charge la construction, l’entretien et le fonctionnement des collèges publics. Le département s’occupe également de la construction et de l’entretien des routes départementales ; et participe au financement du service départemental d’incendie et de secours (SDIS66).

Il intervient également en matière de culture, de protection de l’environnement, de défense du patrimoine ou de mise en valeur du territoire via la valorisation touristique. Le budget annuel du département est d’environ 650M€.

26/03/2018, Perpignan, France, Conseil départemental © Arnaud Le Vu / MiP
26/03/2018, Perpignan, France, Conseil départemental © Arnaud Le Vu / MiP

♦ Les compétences de la Région Occitanie.

La Région gère les transports (ports, aéroports, des Trains Express Régionaux, transports routiers interurbains et scolaires, de la voirie, des gares publiques routière). Les régions sont devenues des autorités organisatrices de transport de plein exercice. La Région est en charge des lycées. Construction, entretien et fonctionnement des lycées d’enseignement général et des lycées et établissements d’enseignement agricole. La formation professionnelle avec l’insertion des jeunes en difficulté, formation des demandeurs d’emploi, gestion de l’apprentissage et des formations en alternance…

L’aménagement du territoire et l’environnement : gestion des déchets, des parcs naturels régionaux, développement rural et urbain, plan régional pour la qualité de l’air… La région est aussi en charge du schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires. Le développement économique via l’animation des pôles de compétitivité, aides au tissu économique et mise en œuvre du schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation.

C’est la Région qui gère les fonds européens, FEDER*, FEADER** et une partie du FSE***. Budget de la Région Occitanie, 3,74 Milliards d’euros.

♦ Appel aux volontaires pour tenir les bureaux de vote.

L’organisation de ces élections par les mairies s’avère être un casse-tête. En effet, les 20 et 27 juin prochain, le double scrutin départemental et régional contraint au doublement des bureaux de vote et de l’ensemble des personnes en charge du bon déroulement du vote. La mairie de Perpignan a fait le choix de faire appel à des candidats en les rémunérant.

Nous allons ouvrir des contrats de vacation, et toute personne pourra envoyer à la mairie une petite lettre de motivation et un cv à la mairie”, indiquait Charles Pons, premier adjoint de Perpignan. Les personnes de la société civile (hors élus et fonctionnaires) pourront être président ou secrétaire du bureau pour 300€ brut par tour de scrutin ; 200€ pour le vice-président.

https://twitter.com/viepubliquefr/status/1390169452931604480

*Feder : Fonds européen de développement régional
**Feader : Fonds européen agricole pour le développement rural
***FSE : Fonds Social Européen

// Les campagnes électorales dans les Pyrénées-Orientales :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances