fbpx
Aller au contenu
Accueil » Actualités » Culture » Cult’Hebdo 23 mars 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Cult’Hebdo 23 mars 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

L'homme Qui Rit © Christophe Loiseau

♦ Théâtre forain : « L’homme qui rit » d’après le roman Victor Hugo

« L’homme qui rit » d’après le roman de Victor Hugo, Claire Dancoisne, Théâtre la Licorne ; le 1er avril (20h30) à L’Archipel – Perpignan. Photo de Une © Christophe Loiseau.

« Le Théâtre la Licorne, ses masques, ses marionnettes, ses petites et grandes machines, sont de retour. Spartacus avait enflammé le Carré en 2012, L’Homme qui rit d’après Victor Hugo débarque sur la scène du Grenat. L’univers baroque et follement dramatique imaginé par Hugo offre à Claire Dancoisne et ses acolytes un terrain de jeu à leur démesure. Un conte mordant et pittoresque, une fantaisie grotesque sur la nature humaine portée par la musique de Bruno Soulier. »

« Il y a comme une évidence en cette rencontre entre le drame romantique écrit en 1869 et l’univers forain du Théâtre de la Licorne. Hugo y décrit tempête de neige, incendie, naufrage, il y peint le cynisme des puissants, la lutte de pauvres, le pouvoir des riches. Tout un monde baroque fait de métaphores et de fulgurances que Claire Dancoisne fait vivre en une série d’images et de tableaux. L’art du jeu, du maquillage, du costume, de la marionnette, du théâtre d’objets magnifient cette grande épopée aux reflets shakespeariens et subliment le mélodrame. Un « monstrueux » spectacle fantaisiste qui est aussi d’une férocité et d’un humour sans égal. »

♦ Jean-Paul Gaultier pour une 57e édition du Festival Confrontation sur le thème du corps

À partir du 5 mai, la thématique du corps sera centrale pour la 57e mouture du Festival Confrontation : « un corps monstrueux ou sensuel, exultant ou terrain d’enjeux politiques, qui permet une plongée dans toutes les cinématographies. Du Golem des années 20 aux obsessions d’un David Cronenberg ou Bertrand Mandico, du burlesque de Keaton au corps politisé… Les réalisatrices Marie Losier, Catherine Corsini et Isabelle Solas présenteront leur filmographie où les corps sensuels, transformés, combattants, charcutés sont transcendés par la pellicule. »

Le Palais des Congrès accueillera un invité qui déborde du cadre du cinéma : « sa vocation de couturier lui vient de Falbalas de Jacques Becker, ses marinières de Fassbinder… Enfant terrible de la mode et comparse de la movida, Jean-Paul Gaultier ouvre le festival et nous parle de son cinéma ! »
Jusqu’au 10 mai, cette édition célèbrera aussi toutes les envies de cinéma : Nuit du ciné, ciné-concert, séance live et burlesque du  Rocky horror Picture Show  sur le modèle du mythique studio Galande…

♦ Concerts à La Casa Musicale : de la Réunion au Flamenco

Concert de Ziskakan ; le 1er avril (20h30) à La Casa Musicale – Perpignan.
« La Casa se met à l’heure Réunionnaise et invite le groupe Ziskakan. Par le chant et la poésie, Ziskakan véhicule tout un ensemble de valeurs réunionnaises. Le groupe nous fait découvrir le maloya, et danser sur de la poésie créole. Il y rassemble les sonorités d’Afrique, d’Asie et d’Europe dans ce voyage. Toujours soucieux de modernité et évitant les pièges de la curiosité ethnique le combo Gilbert Pounia exporte sa musique avec réussite pour distiller son message engagé. »

Peña Flamenca ; le 2 avril à La Casa Musicale – Perpignan.
« La Peña Flamenca est l’occasion pour tous les aficionados, danseurs et musiciens amateurs et professionnels de partager leur passion du flamenco, de la rumba et de la sévillane, mais aussi de découvrir les jeunes talents de la scène flamenco perpignanaise. Présentation des ateliers flamenco de La Casa Musicale et du CRR de Perpignan. Concert de Las Migas : quatre femmes musiciennes, guerrières et voyageuses renaissent et se réinventent, encore et encore. Ainsi que bal Rumba y Sevillanes & chant flamenco. »

♦ Les 15 ans du label Born Bad Records au Mediator

Frustration + Cannibale ; le 2 avril (21h) El Mediator – Perpignan.

Le label Born Bad Records, référence au magasin de disques bien connu de la rue Keller à Paris dans le quartier Bastille, a été fondé en septembre 2006 par Jean-Baptiste Guillot aka JB Wizz. (…) Il plébiscite des groupes (pour l’essentiel français) qui essaient de proposer un son différent et nouveau dans un genre musical sclérosé.

« Dès les premières mesures d’Insane, pilonnage électro-punk insensé, on réalise que Frustration a enregistré son cinquième album comme si c’était le premier ; comme un groupe formé depuis 6 mois qui n’aurait rien à perdre et une sérieuse envie d’en découdre. Si la cavalerie post-punk est toujours présente (batterie martiale, basse élastique, guitares en délit de fuite), l’album So Cold Streams surprend par l’énergie, la virulence de certaines paroles et les nombreuses prises de risques…. »

« Entre le début de la success story de Cannibale et ce deuxième album, il y a un monde. Encore un peu et on aurait presque l’impression que Freddie Mercury vient de débarquer en Renault 16 supersport pour jouer du Marimba à d’anciens fans de rock. Rescapés de différents projets musicaux qui ont tous foiré, les différents membres ont fini par réussir parce que plus rien d’autre que la musique ne comptait…. »

♦ Soirée Punk Rock à la salle de l’Union de Céret le 1er avril (20h30)

Fuckboy, tout nouveau groupe, créé en 2021 par Sara Maskine et Martin Daccord se sont inspirés par les groupes « garage » des années 60 et par la scène underground new-yorkaise. « Rock psychédélique, son « sauvage » mais aussi mélodies douces font partie du répertoire des « Mysterious Sounds » du groupe. Sara Maskine joue avec : Creatures of Kontrast et Joy Rage Martin Daccord avec Personal Charly, The Liminanas, Weird Omen et Pascal Comelade. »

Cathédrale respecte le cahier des charges du bon élève garage rock : rythmiques godillots au plancher, voix frondeuses, et guitares vigoureuses à l’avant. « Le groupe toulousain condense ses influences pour servir une musique post-quelque chose, à la croisée du garage, du punk et de la powerpop. Très actifs, Cathédrale a déjà joué plus d’une centaine de concerts à travers l’Europe et a joué avec des groupes comme Thee Oh Sees, Frustration, Rendez-vous, Uranium Club, Useless eaters, Kaviar Special, Asphalt… »

♦ Nina Simone, Ray Charles… Concert jazz Tribute à Canet

Tribute to Nina, Nat & Friends, The Jacy Desmond Quartet Tribute par le Labory Jazz ; le 2 avril (20h30) au théâtre Jean Piat – Canet-en-Roussillon.

« Né en Nouvelle Zélande, et en France depuis 1991, Jacy Desmond joue dans la plupart des boîtes de jazz en trio ou en quartette. (…) Chanteur aussi, il crée son propre projet : « Nina, Nat & Friends », autour des pianistes-chanteurs de jazz, blues et boogie-woogie, notamment Nina Simone, Nat King Cole, Ray Charles, Jerry Lee Lewis etc.. »

« Intéressé par divers styles de musique il accompagne chanteurs de jazz ; lyrique ; comédie musicale ; blues ; gospel ; africain ; moyen orient et autres. Les concerts et tournées en tant qu’accompagnateur l’ont emmené dans les plus belles salles de concerts en France (Olympia, Zénith, etc.) et dans d’autres pays d’Europe ; au Moyen Orient ; au Canada et aux États-Unis. »

Il est aujourd’hui accompagné par des musiciens de talent, rompus aux grandes scènes internationales.

♦ Le Printemps des expériences au Musée de Préhistoire de Tautavel

« Les jours rallongent, les températures se font clémentes, un nouvel air de liberté souffle sur les établissements recevant du public après deux années compliquées. L’été n’est pas encore là, mais c’est un avant-goût que les équipes du Musée de Préhistoire vous proposent. Des ateliers préhistoriques, du yoga, de la musique, de l’archéologie, du suspense, et bien d’autres choses pour vivre le Printemps des expériences au musée. » Plus d’informations : https://450000ans.com/vivez-le-printemps-des-experiences-au-musee-de-prehistoire-de-tautavel.

France, Tautavel, 2019-07-31. Illustration, Murder Party at the Museum of Prehistory in Tautavel. Photograph by Arnaud Le Vu / Hans Lucas.
France, Tautavel, 2019-07-31. Illustration, soiree Murder Party au musee de la prehistoire de Tautavel. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

Vacances de Pâques (23 avril au 8 mai)

Tous les après-midi, les équipes vous proposent de partager des ateliers: le feu, le tir au propulseur, la taille d’outils, la poterie (2 ateliers en semaine et 1 le week-end). À l’issue d’une explication, et d’une démonstration, encadrés par nos médiateurs scientifiques vous pourrez vous exercer à ces techniques qui ont permis à nos ancêtres de vivre dans la nature.

Murder party (samedi 30 avril à 20h)

Crime au Musée de Préhistoire de Tautavel : « un, ou plusieurs meurtriers ont frappé dans le musée, des conditions difficiles, des policiers un peu perdus, qui ont besoin de votre aide pour résoudre l’énigme. On a besoin de votre aide, venez vite ! »

Nuit des Musées (samedi 14 mai en soirée)

Le Musée de Préhistoire de Tautavel participe à la manifestation européenne la Nuit Européenne des Musées. L’occasion de découvrir les collections sous un éclairage nouveau, l’équipe du musée vous proposera des activités de découverte et un concert de Ars Sonic (luth et guiterne), répertoire des XIVe et XVe. Bien que ces instruments soient anciens, sans remonter à la préhistoire mais au Moyen-Âge, « vous aurez l’opportunité rare de découvrir les sonorités rares de ces instruments venus du passé. »

Yoga au Musée (samedi 7 mai à 10h) : Pour la première fois dans un musée de Préhistoire, une séance de Yoga encadrée par Virginie Saintclair, professeure certifiée de la Fédération Française des Hatha Yoga.

♦ Conférence : « La migraine, une histoire ancienne » par le docteur Marc Bailbé

Conférence gratuite mise en place par la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales ; le 25 mars (17h) à la Caserne Gallieni – Perpignan. Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

« Né à Perpignan il y a 53 ans, Marc Bailbé a fait des études de médecine à Montpellier, interne puis chef de clinique-assistant au CHU de Poitiers dans le service du Pr. Roger Gil. Bien connu des Perpignanais, il est installé depuis janvier 2002 comme neurologue libéral à Perpignan, succédant au Dr. Pierre Huc. »

« Depuis l’Antiquité de brillants esprits ont cherché à établir la sémiologie et les mécanismes de la migraine. L’Histoire a été jalonnée de migraineux célèbres comme Jules César, Jean Calvin ou encore Napoléon… La recherche d’un soulagement faisait invoquer le Dieu Tiu chez les Assyro-Babyloniens. Au Moyen-âge étaient invoqués les saints guérisseurs dans la Chrétienté. Si longtemps, l’arsenal thérapeutique se résuma au quinquina et au café, aujourd’hui, la migraine est une question de santé publique. Nous savons que sa prévalence est de 18% chez la femme et de 8% chez l’homme. »

Traitement des maux de tête en 1890
Traitement des maux de tête en 1890

♦ Exposition de photographies : « May’Art from Mexico »

Quentin Schwamborn, May’Art from Mexico ; du 18 mars au 29 mai (11h à 17h30) – Hôtel de Ville de Perpignan. Entrée libre.

Quentin Schwamborn ramène de l’un de ses derniers voyages tout l’esprit street art du Mexique dans quelques clichés. Une vision différente de ce pays où l’art du graffiti est complètement intégré dans le paysage urbain et fait partie de la culture populaire. Les façades des maisons, les clôtures, les magasins, se parent des plus belles couleurs pour égayer la rue et rendre la ville plus belle.

« Sa sensibilité et son sens de l’esthétique l’amènent naturellement à s’intéresser plus largement au design, à la décoration ou à la création artistique dans son ensemble. Curieux de tout, il découvre la beauté des paysages naturels au cours d’un voyage en Afrique du Sud et commence à photographier la nature. Son œil, aguerri par les compositions sophistiquées des magazines, lui permet de trouver les angles de vue les plus propices à la mise en valeur du lieu où il se trouve. Il photographie ainsi l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, les Antilles, Mayotte, la Réunion et dernièrement… Le Mexique. »

♦ Le Barcarès : Peinture, sculpture et vidéo à la « Maison des Arts »

Exposition Christophe Imagénieur et Ana Sanjoan ; du 1er au 30 avril à la Maison des Arts – Le Barcarès.

Accompagné de l’artiste Ana Sanjoan, Christophe Imagénieur se poursuit à travers « Résistance » le travail d’introspection réalisé entre 2014 et 2017 à travers la série « Renaissance » qui sera exposée durant plus de deux ans sur différents lieux de la région Occitanie.

« À travers cette collection, enrichie par des études en argile des sculptures d’Ana Sanjoan, on sent chez Christophe Imagénieur la détermination de comprendre, de poser sur la toile les contrastes, comme un négatif photographique d’une autobiographie. Une image et une bande sonore qui ne cesse de s’inventer pour mieux se répondre. Ce couple dans la vie comme dans l’art, se réunit une nouvelle fois pour présenter un travail plastique alliant, peinture, sculpture et vidéo. »

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances