fbpx
Aller au contenu
Accueil » Actualités » Culture » Cult’Hebdo 26 janvier 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

Cult’Hebdo 26 janvier 2022 | L’actualité culturelle des Pyrénées-Orientales

France, Rivesaltes, 2021-09-23. From 23 September 2021, and for a whole year, the Rivesaltes Camp Memorial is honouring Josep Bartoli through an exhibition entitled "The Colours of Exile". With more than 150 works, this exhibition will highlight the exile, the commitments and the fights of this cartoonist and caricaturist who did not hesitate to use weapons to defend the Republic. Photograph by Arnaud Le Vu / Hans Lucas. France, Rivesaltes, 2021-09-23. Depuis le 23 septembre 2021, et pout toute une annee, le Memorial du Camp de Rivesaltes met a l honneur Josep Bartoli a travers une exposition intitulee “Les couleurs de l exil”. Avec plus de 150 oeuvres reunies, cette exposition mettra en avant l exil, les engagements et les combats de ce dessinateur et caricaturiste qui n a pas hesite a utiliser les armes pour defendre la Republique. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

♦ 5 dessins de l’artiste Josep Bartoli intègrent la collection du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia à Madrid

Le 19 janvier 2022, 5 dessins de Josep Bartolí ont quitté le Mémorial du Camp de Rivesaltes pour rejoindre les prestigieuses collections du Musée Reina Sofia à Madrid. Restés dans l’oubli depuis plus de cinquante ans, ces oeuvres au destin incroyable, ont fait l’objet d’un don à Georges Bartoli, suite à la sortie du film «Josep», réalisé par Aurel, et lors de la préparation de l’exposition «Josep Bartolí. Les couleurs de l’exil» au Mémorial du Camp de Rivesaltes.

Sur les onze dessins, Georges Bartoli (neveu de l’artiste et commissaire de l’exposition du Mémorial du Camp de Rivesaltes) en donne quatre au Mémorial du Camp de Rivesaltes et cinq autres au Musée Reina Sofia. Les deux derniers resteront dans la collection familiale. Les dessins de Josep Bartolí devraient être exposés au sein de nouvelles salles consacrées à la Guerre d’Espagne et notamment aux côtés du célèbre «Guernica» de Picasso. Ils seront ainsi accessibles aux millions de visiteurs qui sillonnent les allées du célèbre musée madrilène. 

Ces cinq dessins livrent un témoignage unique des années 1930 – 40, traitant de la Guerre d’Espagne et de la période du franquisme. Datant des années 50, les thèmes récurrents de l’oeuvre de Bartolí sont représentés : la guerre civile, l’exil, les exécutions, les humiliations endurées par les républicains etc.

♦ 83e anniversaire de la Retirada au Mémorial et à Céret

À l’occasion des commémorations de la Retirada, le Mémorial du Camp de Rivesaltes propose 3 événements en février.
– Conférence « Guerre et exil, les artistes et intellectuels européens au début des années 1940 », le 4 février à 18h30 ;
– Spectacle « Mano a Mano » avec Vicente et Rafael Pradal, le 4 février à 20h30 ;
– Entretien avec Georges Bartoli commissaire de l’exposition «Josep Bartolí. Les couleurs de l’exil», le 10 février à 19h, en live sur la chaine YouTube du Mémorial du camp de Rivesaltes.

Mais aussi à la salle de l’Union à Céret le samedi 5 février.
16h : Conférence/diaporama « Les chemins de la Retirada » de Serge Barba ex-président de l’Association Fils et Filles de Républicains et Enfants de l’Exode.
17h30 : Entretien avec Lydie Salvayre sur son livre « Pas pleurer », Prix Goncourt 2014
18h30 : Vente/signature des livres de L. Salvayre et de S. Barba par la librairie Le cheval dans l’arbre
19h : Spectacle musical « Il était une fois la Retirada » de et par Enrique Salvador, issu d’une famille de réfugiés de la guerre d’Espagne.

♦ L’Archipel : théâtre politique et grand classique

La beauté du geste par Nathalie Garraud et Olivier Saccomano. Les 03 et 04 février ; Le Carré au théâtre de l’Archipel.

La metteuse en scène Nathalie Garraud et l’auteur Olivier Saccomano s’attaquent au difficile exercice du théâtre politique. La Beauté du geste est à la conjonction de deux états d’urgence, celui décrété en novembre 2015 par l’Etat et celui d’une troupe en plein questionnement sur son rôle dans l’époque. « Une pièce en trois mouvements, jouée par cinq excellents comédiens. »

Les Noces de Figaro – Opéra de Mozart. Le 6 février (16h30) ; Le Grenat au théâtre de l’Archipel.

Opéra Nomade est de retour sur la scène du Grenat pour l’un des plus miraculeux, peut-être même le plus parfait des opéras : Les Noces de Figaro de Mozart. Une Folle journée où irradie le génie du compositeur, servie par l’impeccable troupe dirigée par le directeur musical Amaury du Closel.

♦ Appelle-moi Olympe ! sur les planches du théâtre Jean Piat à Canet-en-Roussillon

Appelle-moi Olympe de Sophie Mousset ; le 4 février (14h30) au Théâtre Jean Piat – Canet-en-Roussillon.

« Olympe n’a plus que quelques jours à vivre, elle veut tenter, une dernière fois, de faire reconnaître les droits des femmes et obliger Maximilien à faire face à ses propres contradictions. »

Cette uchronie, (libre création d’évènements qui ne se sont pas produits) permet aux deux protagonistes de confronter leurs divergences, mais aussi de mettre en évidence certaines ressemblances : rejet du père, besoin de se faire reconnaître, tendance au sacrifice, à l’extrémisme et la similarité de certaines de leurs opinions, notamment leur refus de la peine de mort et de l’esclavage.

♦ Retour de chants : Un spectacle éclectique, intergénérationnel, plurilingue à Céret

DELF, bESS (Guillaume Fanchon), Gérard Jacquet, Patrick Felices créent des passerelles entre leurs univers respectifs ; le 4 Février 2022 (20h30) à la salle de l’Union à Céret.

DELF : Artiste de la nouvelle scène perpignanaise, auteure-compositrice- interprète, elle puise son inspiration dans les musiques d’Amérique du Sud et la chanson française.
bESS : Chanteur, auteur compositeur du groupe bESS aux inspirations Brit pop, se présentera ici dans une formule inédite.

Gérard Jacquet : Figure emblématique du rock d’expression catalane en Roussillon depuis 1977, Il revient à ses premières amours avec un rock méditerranéen, passionné, poétique, mélodique, subtil et puissant.
Patrick Felices : Contrebassiste, bassiste, arrangeur et musicien des trois artistes, il est un incontournable de la scène locale depuis la fin des années 80. Il est aussi le programmateur musical de festivals et des soirées Jazz et vin des festivals 10/10 et 20/20. Il accompagne Cali et Pascal Comelade.

Retour de chants : Un spectacle éclectique, intergénérationnel, plurilingue à Céret

♦ Soirée Jazzèbre avec l’orchestre des jeunes de l’ONJ à La Casa Musicale

Concert Jazz ONJ ; le 29 janvier (20h30) à la Casa Musicale. Suivi d’une Jam Session (21h45).
Dans la lancée du concert d’ouverture, la saison Jazzèbre continue et installe sur scène les artistes de demain avec l’orchestre des jeunes de l’ONJ. Cet orchestre propose un ensemble inédit et au casting renouvelé et constitué de dix-huit jeunes musicien.ne.s originaires de France et d’Europe.

Cette 3ème saison se déroule en région Occitanie et fait escale à Perpignan pour un temps de résidence et un concert. C’est le pianiste et compositeur Denis Badault – installé à Sète – qui prend les rênes de cette nouvelle aventure collective pour nous faire revivre le répertoire imaginé au cours de son mandat de 1991 à 1994, entre compositions originales et relectures de morceaux de Thelonious Monk, Charles Mingus et Duke Ellington.

♦ Cycle Joseph Losey à l’institut Jean Vigo

Réalisateur engagé, il fera des débuts remarqués dans une fable anti-raciste en 1947. Convoqué par la Commission des activités anti-américaines en 1952, il s’exilera à Londres et travaillera sous pseudonyme. Des années plus tard, Joseph Losey c’est une filmographie considérable et une collaboration fructueuse avec Harold Pinter The Servant (1963), Accident (1967), Le Messager (1971)… Alain Delon (Monsieur Klein, 1971) et Jeanne Moreau (Eva, 1962) lui doivent des rôles inoubliables. Son adaptation, en 1979, du Don Giovanni de Mozart reste une référence.

« Ses films, servis par une grande maîtrise dans l’utilisation de la lumière, des mouvements de caméra, des angles de prise de vue, traitent souvent des rapports humains, liés à des différences de classe ou de caractère, des souffrances infligées aux plus vulnérables… »

Le Messager le 1er février (19h) à l’Institut Jean Vigo et Temps sans pitié le 3 février (19h) également à l’Institut dans le cadre du festival du film judiciaire.

♦ Abstrait Urbain à Argelès-sur-Mer : PROOZ, un pont entre art contemporain et art urbain

Abstrait Urbain | Prooz ; du 10 au 23 février à la galerie Marianne – Argelès-sur-Mer.
Bienvenue dans l’univers tout en couleurs et en spontanéité de PROOZ. Son maître mot : la liberté. Passionné d’art, de dessin, de création en général, l’artiste ne se donne aucune limite, ni de support, ni de technique.

« Au travers des œuvres exposées, PROOZ tisse des liens entre le Street Art, qui a beaucoup influencé ses débuts, et l’art contemporain, qui occupe une grande place de sa création actuelle. L’art urbain, les tracés du graffiti et l’art abstrait contemporain se mêlent, dialoguent… Les lettres ne sont alors plus que des formes et le chemin vers l’abstrait débute, le reste, c’est l’œil et l’imagination du visiteur qui va l’écrire. »

♦ Rénové et agrandi, le Musée d’art moderne de Céret réouvre le 5 mars

Fermé depuis novembre 2019, le musée de Céret, agrandi de 1.300 m² supplémentaires et doté d’une nouvelle muséographie pour la partie collection permanente, réouvre le 5 mars 2022. Il accueille dans la nouvelle aile – réalisée par le cabinet d’architecture Pierre-Louis Faloci (Grand prix national d’architecture 2018) et destinée aux expositions temporaires – une exposition de Jaume Plensa : Chaque visage est un lieu. Le musée de Céret, abrité sur le site d’un ancien couvent des Carmes, devenu au XIXe siècle le siège de la maréchaussée et la prison, a été créé en 1950.

Exposition Jaume Plensa : « Après une première exposition en 2015 qui a beaucoup marqué les esprits, l’artiste fait l’amitié au musée de revenir pour l’inauguration de la nouvelle vaste salle d’exposition temporaire. C’est donc en intérieur que vont se déployer les grandes sculptures de maille d’acier, de marbre ou de bronze. Têtes ou visages, laissant passer la lumière ou opposant la densité de leur présence, jouent avec le lieu, dessinent une géographie intime et redéfinissent sans cesse les liens qui les unissent à l’espace qui les entoure. »

Céret - Musée d'art Moderne

♦ À l’occasion des 20 ans de l’explosion de l’usine AZF, le photographe toulousain Ulrich Lebeuf présente son dernier livre « AZF 10:17 »

« 21 septembre 2001. L’usine AZF de Toulouse est détruite par l’explosion d’un stock de nitrate d’ammonium, entraînant la mort de 31 personnes, faisant plus de 2 500 blessés et de lourds dégâts matériels. Une date qui restera symbolique à jamais. Ulrich Lebeuf nous raconte avec ses mots cette journée si particulière dans un livre de 84 pages où il revient en images sur les lieux du drame durant presque une année après l’explosion. Cet ouvrage a reçu le soutien du Conseil Départemental Haute-Garonne et rend hommage aux nombreuses victimes. »

♦ Projet Trajectoires Créatives, un dispositif régional de tutorat pour les métiers du cinéma

Des technicien·ne·s de la région accompagneront 10 jeunes à se professionnaliser dans les métiers du cinéma et de l’audiovisuel et à s’insérer sur les tournages. Le projet Trajectoires créatives, porté par Occitanie films et Occitanie en scène, vise à adapter les dispositifs de formation et d’orientation professionnelles aux besoins et aux particularités des secteurs du cinéma, de l’audiovisuel et du spectacle vivant.

Une première session collective de ce dispositif de tutorat réunissant les 10 participants, aura lieu dans les locaux d’Occitanie films, entre le 24 janvier et le 3 février 2022 puis sera suivie d’un accompagnement en binôme jusqu’en juin 2022. Depuis 2020, face à la forte augmentation du nombre de jours de tournage en Occitanie, Occitanie films travaille en synergie à l’élaboration de nouvelles formations et de nouvelles formes de transmission des savoirs et des compétences.

♦ Rencontre avec Pierre Leberger à la librairie Torcatis

Pierre Leberger pour son dernier ouvrage La révolte des cochons ; le 5 février (10h30 à 13h) à la librairie Torcatis.
« Sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, Piedros et Jean-Le-Loup, prennent conscience des conditions déplorables d’élevage des cochons en Espagne. Ils imaginent alors que ces cochons se révoltent et changent la société. Avec les grands verrats, les deux pèlerins organiseront la rébellion. Le P.D.G. d’une coopérative d’industrie porcine, sera pris en otage…

L’association D.D.A.S. (Droit à la Dignité des Animaux Sensibles) jouera un rôle primordial dans ce soulèvement. Tous les animaux vivant en captivité ou en élevage rejoindront le mouvement en un immense cortège. Les animaux vivant en liberté ne seront pas en reste. Comme un bouclier, la population protégera les animaux.
C’est lorsque l’armée déploiera son arsenal sur la cordillère centrale que le suspense sera total. Que va-t-il se passer? »

> Nos articles débrief l Zapping de l’actualité des Pyrénées-Orientales | Semaine du 27 janvier

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances